obésité-augmenterait-les-risques-de-cancer
L’obésité est l’un des plus grands facteurs de risque de cancer après le tabagisme. Selon certaines estimations, environ un cinquième de tous les cas de cancer dans le monde sont dus à l’obésité. De nombreux mécanismes différents sont étudiés, mais les raisons pour lesquelles l’obésité augmente le risque de certains types de cancer, comme ceux du rein, restent obscures.

Plus de cellule augmente le risque de cancer

Ce que nous savons, c’est que les cancers sont causés par des mutations qui désactivent les mécanismes qui contrôlent la croissance des cellules. En théorie, donc, plus il y a de cellules dans un organe, plus le risque que certaines de ces cellules deviennent cancéreuses est élevé.
Tomasetti et ses collègues ont utilisé des scanneurs pour mesurer le volume des reins, du pancréas et du foie chez 750 personnes. L’équipe a découvert que pour chaque augmentation de 5 points de l’indice de masse corporelle (IMC), le volume des reins, du foie et du pancréas augmente de 11 %.
Les personnes ayant un IMC d’environ 50 ont des organes qui sont entre 50 et 100 pour cent plus grands que ceux des personnes ayant un IMC sain. « L’effet est très important et inattendu, les patients gravement obèses ayant des organes qui peuvent être deux fois plus volumineux que la normale », indique cette étude.
Seule une très petite fraction de ces augmentations est due à une augmentation du volume ou du nombre de cellules adipeuses dans ces organes, indique l’étude, ce qui signifie que les augmentations sont principalement dues à un plus grand nombre de cellules normales.
De plus, l’augmentation de la taille observée dans chaque organe correspond à l’augmentation du risque de cancer pour chaque organe, selon l’étude. « Près de 80 % de la variation du risque de cancer attribuable à l’effet de l’obésité peut être expliquée par la variation que l’obésité induite dans le volume des trois organes ».

Une hypothèse plausible

« Cette hypothèse est plausible », déclare Maria Dalamaga, de l’Université nationale et kapodistrienne d’Athènes, en Grèce, auteur d’une récente étude sur l’obésité et le cancer. « Nous savons déjà que les personnes de grande taille sont plus susceptibles de développer un cancer ». Toutefois, cette étude ne tient pas compte d’autres facteurs connus pour influer sur le risque de cancer, tels que l’âge, le sexe et les antécédents familiaux, dit-elle.
Neil Iyengar, du Memorial Sloan Kettering Cancer Center de New York, dont les travaux suggèrent que l’obésité augmente le risque de cancer en provoquant une inflammation, est plus sceptique. L’idée ne peut pas expliquer pourquoi l’obésité semble réduire le risque de quelques types de cancer, dit-il. « Je pense que ces conclusions sont profondément erronées ».
En principe, si plus de cellules signifie un risque de cancer plus élevé, les grands animaux comme les baleines et les éléphants devraient être criblés de tumeurs. Mais ils ont développé de meilleurs mécanismes de protection contre les cancers, explique Joshua Schiffman, de l’université de l’Utah. « Nous avons montré que la biologie des cellules des éléphants protège mieux que les cellules humaines contre les dommages causés par les mutations », dit-il.

D’autres expériences sont nécessaires

Le fait d’avoir plus de cellules est une explication « très plausible » du fait que l’obésité augmente le risque de cancer chez les gens, dit Schiffman. « Mais d’autres expériences doivent encore être menées pour prouver que des cellules supplémentaires augmentent réellement le risque de cancer dans les organes surdimensionnés ». Tomasetti ne discutera pas des résultats de son équipe avant qu’ils ne soient publiés dans une revue à comité de lecture.
Cette recherche a été pré-publiée dans bioRxiv.
Source : New Scientist
Crédit photo sur Unsplash : AllGo – An App For Plus Size People