créer-de-nouveaux-analogues-de-nucléosides-plus-rapidement
La découverte de médicaments antiviraux et anticancéreux sera bientôt plus rapide et moins coûteuse grâce aux nouvelles recherches du chimiste Robert Britton de l’université Simon Fraser et de son équipe internationale.

Une nouvelle méthode plus rapide

Au cours des 50 dernières années, les scientifiques ont utilisé des analogues synthétiques et des nucléosidiques fabriqués par l’homme pour créer des thérapies médicamenteuses pour des maladies qui impliquent la division cellulaire et/ou la reproduction virale de cellules infectées. Ces maladies comprennent l’hépatite, l’herpès simplex, le VIH et le cancer.
Mais, selon Britton, « ce processus était long et difficile, limitant et empêchant la découverte de nouvelles thérapies médicamenteuses ». Maintenant, grâce à ce nouveau processus, les scientifiques peuvent créer de nouveaux analogues de nucléosides des mois plus tôt qu’avec la méthode précédente, ouvrant ainsi la voie à des découvertes de médicaments plus rapide.
« La réduction du temps et du coût de la synthèse variera en fonction de chaque analogue de nucléosides, mais nous avons des exemples où nous avons réduit une synthèse de plus de 20 étapes, qui prend plusieurs mois à réaliser au minimum, à trois ou quatre étapes, qui ne prendraient qu’une semaine environ », explique M. Britton.

Découvrir de nouveaux médicaments

« Il s’agit clairement d’un facteur critique lorsqu’il s’agit de traiter des virus nouvellement développés comme le SARS-CoV-2 (COVID-19) ». L’équipe a raccourci le processus en remplaçant les glucides naturels généralement utilisés pour la synthèse de ce type de médicaments.
« Cette approche entièrement nouvelle ouvre des possibilités de diversification de ces échafaudages de médicaments et devrait inspirer des découvertes de nouveaux médicaments et inhabituels à base d’analogues de nucléosidiques », explique M. Britton. L’équipe a également remplacé les matériaux chiraux d’origine naturelle par des matériaux achiraux, car ils sont généralement moins chers et plus polyvalents.
L.-C. Campeau, responsable de la chimie des procédés chez Merck, déclare : « l’une de nos priorités est d’identifier les problèmes qui limitent la vitesse de découverte et de développement des médicaments, en particulier en ce qui concerne la synthèse d’analogues de nucléosidiques personnalisés. Nous sommes très enthousiastes à l’idée de collaborer avec le professeur Britton pour établir de nouvelles méthodes permettant d’accéder à cette classe de molécules qui sont importantes sur le plan thérapeutique ».
Cette recherche a été publiée dans Science.
Source : Simon Fraser University
Crédit photo : Pexels

Créer de nouveaux analogues de nucléosides plus rapidementmartinbiothechnologie
La découverte de médicaments antiviraux et anticancéreux sera bientôt plus rapide et moins coûteuse grâce aux nouvelles recherches du chimiste Robert Britton de l'université Simon Fraser et de son équipe internationale. Une nouvelle méthode plus rapide Au cours des 50 dernières années, les scientifiques ont utilisé des analogues synthétiques et des...