un-vaccin-contre-le-principal-virus-du-rhume-ici-2024
Un vaccin qui protège contre l’un des principaux virus du rhume commun s’est révélé sûr et efficace lors d’un essai clinique et pourrait être disponible d’ici 2024.

Un vaccin d’ici 2024

Le virus respiratoire syncytial (VRS) est si contagieux que plus de 90 % des personnes ont contracté leur première infection avant l’âge de 2 ans. Il provoque généralement des symptômes du rhume mais peut entraîner une maladie grave chez les jeunes enfants et les personnes âgées. Dans le monde, environ 60 000 enfants de moins de 5 ans et 14 000 personnes de plus de 65 ans meurent chaque année après avoir contracté ce virus.
La mise au point de vaccins contre le VRS et d’autres virus respiratoires a été difficile car les voies respiratoires, qui comprennent les narines et la gorge, sont une surface exposée à l’environnement externe plutôt qu’interne, explique Kirsten Spann, de l’université de technologie du Queensland en Australie, qui n’a pas participé à l’essai clinique.
« Il est plus difficile pour les anticorps antiviraux présents dans le sang d’atteindre les virus dans les voies respiratoires, ou même de savoir qu’ils sont là, car il y a une certaine séparation physique », dit-elle.
Cela explique aussi pourquoi nous pouvons attraper le VRS et d’autres virus du rhume à maintes reprises, dit Spann. Cependant, ces dernières années la recherche de nouveaux moyens de renforcer l’immunité contre les virus respiratoires a progressé rapidement.

D’autres vaccins sont testés contre le VRS

Plusieurs vaccins contre le VRS sont actuellement testés dans le cadre d’essais cliniques, dont un fabriqué par l’entreprise allemande Bavarian Nordic. Ce vaccin est conçu pour renforcer l’immunité contre le VRS en exposant le corps à cinq petits fragments du virus.
Dans un essai clinique impliquant 420 adultes âgés de 55 ans et plus, une seule injection de ce vaccin dans la partie supérieure du bras a triplé les niveaux d’anticorps anti-VRS à l’intérieur du nez et n’a causé aucun effet secondaire grave. Cette réponse immunitaire a duré six mois – ce qui est assez pour couvrir une saison froide d’hiver – et a été rétablie avec une injection de rappel à 12 mois.

Des recherches sont nécessaires pour valider son efficacité

Ces résultats sont prometteurs, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour voir si la réponse immunitaire est assez forte pour prévenir les infections par le VRS, explique M. Spann.
Bavarian Nordic prévoit maintenant un essai clinique plus important de son vaccin contre le VRS qui devrait commencer en 2021 et portera sur plus de 12 000 adultes. Si les résultats sont positifs, l’entreprise espère rendre ce vaccin disponible d’ici 2024. L’entreprise prévoit de proposer le vaccin aux enfants également, mais pas avant d’avoir passé les essais cliniques impliquant des personnes de cette tranche d’âge.
Des vaccins pour d’autres virus du rhume sont également en cours de développement. L’entreprise américaine Moderna, l’un des principaux développeurs de vaccins contre le covid-19, travaille sur un vaccin destiné à protéger les enfants contre le métapneumovirus humain et les virus parainfluenza.

Des infections augmentent le risque de développer de l’asthme

Cela vaut la peine de se faire vacciner contre le plus grand nombre possible de virus du rhume, car les infections en bas âge peuvent augmenter le risque de développer de l’asthme, explique M. Spann.
Cette recherche a été publiée dans The Journal of Infectious Diseases.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels