diagnostiquer-Alzheimer-par-le-nez
De nombreux pays dont la population vieillit rapidement sont confrontés à un nombre croissant de patients atteints de démence, dont la maladie d’Alzheimer (MA) est le type le plus représentatif. Malheureusement, la MA n’est pas encore totalement guérie ; mais il a été prouvé que certains traitements retardent sa progression. Bien entendu, cela signifie qu’un diagnostic précoce est essentiel, alors que les symptômes sont encore légers pour maximiser la qualité de vie du patient.

Le nez pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer

Toutefois, les technologies actuellement disponibles pour diagnostiquer la MA sont limitées car elles impliquent des appareils coûteux et des procédures invasives ou peu pratiques. Maintenant, dans une étude des scientifiques font allusion à une nouvelle façon de diagnostiquer la MA d’une manière beaucoup plus simple – en recueillant et en analysant des protéines spécifiques dans des échantillons de sécrétions nasales.
Le professeur Cheil Moon, qui a dirigé cette étude, explique comment ils sont arrivés à cette idée : « en 2017, nous avons découvert que le dysfonctionnement olfactif se produisait aux premiers stades de la MA chez les souris et nous avons suggéré que la cause des symptômes était induite par des espèces solubles de β-amyloïde, des accumulations d’oligomères dans le système olfactif périphérique. Nous avons émis l’hypothèse que ces oligomères solubles pourraient être détectables dans les écoulements nasaux et qu’ils pourraient être un paramètre utile pour surveiller la progression de cette maladie ».
Pour tester leur hypothèse, ils ont recueilli et comparé des échantillons de sécrétions nasales provenant de 39 patients atteints de la maladie d’Alzheimer et de 21 personnes d’un groupe de contrôle apparié à l’âge. Ils ont constaté que les niveaux de deux oligomères particuliers de β-amyloïde (les formes agrégées impliquées comme caractéristiques de la maladie d’Alzheimer) étaient systématiquement plus élevés chez les patients du groupe de la MA.

Cette technique pourrait prédire l’évolution de cette maladie

De plus, les niveaux de la forme « soluble » de cette protéine pourraient être utilisés non seulement pour séparer les sujets sains des patients atteints de la MA, mais aussi pour prédire l’apparition et la progression de la MA sur une période de trois ans.
Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour mieux comprendre le lien entre les oligomères de β-amyloïde dans l’écoulement nasal et les troubles cognitifs liés à la MA, ces résultats sont certainement prometteurs. Le professeur Moon fait remarquer que « le dépistage systématique de l’écoulement nasal serait une meilleure option pour dépister la MA en raison de ses divers avantages, tels que son coût relativement faible et sa nature non invasive ».
Cette nouvelle technique de diagnostic devrait permettre une détection plus simple et plus rapide de la maladie d’Alzheimer et améliorer l’évolution de cette  maladie, apportant ainsi un soulagement nécessaire aux millions de gens qui sont atteints de la maladie d’Alzheimer dans le monde.
Cette recherche a été publiée dans Scientific Reports.
Source : Daegu Gyeongbuk Institute of Science and Technology
Crédit photo : Pexels

Diagnostiquer l'Alzheimer par le nezmartinBiologie
De nombreux pays dont la population vieillit rapidement sont confrontés à un nombre croissant de patients atteints de démence, dont la maladie d'Alzheimer (MA) est le type le plus représentatif. Malheureusement, la MA n'est pas encore totalement guérie ; mais il a été prouvé que certains traitements retardent sa...