tout-ce-il-faut-savoir-sur-le-vaccin-russe
Le président russe Vladimir Poutine a annoncé hier que le pays avait approuvé un vaccin contre le SARS-CoV-2, le coronavirus qui cause le COVID-19. Poutine a déclaré que ce vaccin était sûr et efficace. La Russie prévoit apparemment de commencer les vaccinations de masse en octobre. Cependant, cette annonce a suscité des inquiétudes au niveau mondial. Des immunologistes affirment qu’il n’y a aucun moyen d’être sûr que ce vaccin est sûr, et encore moins efficace, et que la Russie semble faire des économies.

Que savons-nous de ce vaccin ?

Ce vaccin a été baptisé « Spoutnik V », en référence au premier satellite artificiel, Spoutnik 1, qui a été lancé par l’URSS en 1957 – un signe que le gouvernement russe a l’intention de le claironner comme une question de fierté nationale. Il a été développé par l’Institut de recherche en épidémiologie et microbiologie Gamaleya à Moscou, qui fait partie du ministère russe de la santé.
Ce vaccin serait administré en deux injections, à 21 jours d’intervalle. Ces deux injections contiennent des adénovirus modifiés, qui provoquent généralement un simple rhume. Tous deux ont reçu le gène de la protéine de pointe du coronavirus SARS-CoV-2. Cette protéine permet au virus de pénétrer dans les cellules humaines. En théorie, cela devrait préparer le système immunitaire à une rencontre avec le coronavirus. Connu sous le nom de vecteur viral, il s’agit d’une approche assez standard pour un vaccin, et d’autres groupes utilisent des méthodes similaires.

Quels sont les tests auxquels il a été soumis ?

Les nouveaux vaccins doivent normalement passer trois tests avant de pouvoir être utilisés à grande échelle. Un essai de phase I qui implique un petit nombre de volontaires, et vise à déterminer une dose sûre. La phase II qui nécessite un plus grand nombre de personnes, car elle permet de vérifier si un vaccin déclenche une réponse immunitaire et d’examiner plus attentivement les effets secondaires.
Ensuite, un vaste essai de phase III qui est utilisé pour déterminer si un vaccin protège réellement contre des infections. Il ne s’agit pas d’une simple formalité : un vaccin peut déclencher une réponse immunitaire en phase II, mais cela peut ne pas suffire à conférer une réelle immunité en phase III.
Les chercheurs russes ont préenregistré les essais de phase I et de phase II, et selon un site web consacré à ce vaccin, ces essais se sont achevés début août. Ils affirment qu’il n’y a pas eu d’effets indésirables et que ce vaccin a déclenché la réponse immunitaire souhaitée. Mais aucun résultat détaillé n’a été publié. Il affirme également qu’un essai de phase III débutera aujourd’hui dans un certain nombre de pays, dont le Brésil, le Mexique, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.
En d’autres termes, ce vaccin n’a pas subi toute la gamme des tests. Sans les données des phases I et II, nous ne savons pas si ce vaccin est sûr. Et sans la phase III, nous ne savons pas s’il fonctionne. « En fait, nous n’avons aucune idée de son innocuité et de son efficacité », écrit l’épidémiologiste Gideon Meyerowitz-Katz dans le Guardian.

Est-ce une bonne idée ?

Les experts de la santé publique ont identifié plusieurs façons dont l’action russe pourrait se retourner contre eux. Le plus évident est que ce vaccin pourrait provoquer des effets secondaires dangereux. Les vaccins à base d’adénovirus ont été largement utilisés, donc le risque est sans doute faible, mais sans voir les données des essais, il n’y a aucun moyen d’être sûr.
Ce vaccin pourrait également ne pas offrir de protection contre le coronavirus. Si les gens le prennent et se croient immunisés alors qu’ils ne le sont pas, le virus pourrait se propager plus largement et causer beaucoup plus de décès.
Il existe également un risque sociopolitique. De nombreux pays ont déjà des problèmes pour contrôler des maladies par la vaccination, car les gens sont réticents à se faire vacciner ou à faire vacciner leurs enfants. Cela s’explique par les fausses déclarations du mouvement anti-vaccination selon lesquelles les vaccins sont dangereux. La mise sur le marché d’un vaccin non testé pourrait exacerber ce problème.
« C’est une décision imprudente et stupide », a déclaré François Balloux, de l’University College London, dans un communiqué. « Tout problème lié à la campagne de vaccination russe serait désastreux à la fois par ses effets négatifs sur la santé, mais aussi parce qu’il retarderait encore l’acceptation des vaccins dans la population ».

Un vaccin efficace est-il en route ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé, six vaccins sont actuellement en phase III mais aucun n’est encore terminé. Plus de 100 vaccins sont en cours de développement et plusieurs ont donné des résultats positifs, ce qui laisse espérer qu’un vaccin sera prêt à être mis en place dans les 12 prochains mois.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Tout ce qu'il faut savoir sur le vaccin russemartinbiothechnologie
Le président russe Vladimir Poutine a annoncé hier que le pays avait approuvé un vaccin contre le SARS-CoV-2, le coronavirus qui cause le COVID-19. Poutine a déclaré que ce vaccin était sûr et efficace. La Russie prévoit apparemment de commencer les vaccinations de masse en octobre. Cependant, cette annonce...