des-cellules-oculaires-pour-restaurer-la-vision
Des scientifiques qui travaillent sur la prochaine génération de traitements pour la cécité ont fait une percée majeure, en démontrant comment une nouvelle méthode d’injection de cellules saines dans les yeux pourrait remédier à la perte de la vision. Cette technique, démontrée sur des souris, explore comment un traitement unique peut être utilisé pour cibler la mort de deux types de cellules dans l’œil, l’équipe espérant un jour utiliser cette approche pour traiter des formes de cécité actuellement incurables.

Traiter la cécité

Ces travaux ont été menés par des scientifiques étudiant les biomatériaux artificiels à l’Université de Toronto (UT). L’équipe a passé plusieurs années à étudier les traitements de maladies telles que la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), l’une des principales causes de cécité, et la rétinite pigmentaire. Ces deux maladies se caractérisent par la mort des cellules à l’arrière de l’œil.
Plus spécifiquement, ces conditions voient la détérioration des cellules photoréceptrices et d’un autre type connu sous le nom de cellules de l’épithélium pigmenté de la rétine (EPR). Les efforts pour y remédier ont consisté à injecter des versions saines de ces deux types de cellules dans l’œil pour remplacer les cellules mortes, bien que la plupart ne survivent pas longtemps dans leur nouvel environnement. Mais comme la survie et le bien-être de ces types de cellules sont étroitement liés, l’équipe de l’UT a étudié comment le fait de cibler ces deux types de cellules en même temps pourrait donner de meilleurs résultats.
« Les RPE et les photorécepteurs sont considérés comme une seule unité fonctionnelle – si un type de cellule meurt, l’autre le fera aussi », explique l’auteur de cette étude, le professeur Molly Shoichet. « Nous nous sommes demandé si la co-délivrance des deux types de cellules aurait un impact plus important sur la restauration de la vision ».

Un hydrogel permet une répartition de deux types de cellules 

Cette percée est due à une nouvelle forme d’hydrogel, un biomatériau que l’équipe étudie depuis plusieurs années avec des résultats mitigés. Le chargement d’hydrogels avec des cellules photoréceptrices et leur injection avait déjà apporté quelques améliorations de la vision dans des études sur les souris, mais les scientifiques ont maintenant trouvé une recette qui permet aux cellules RPE de survivre.
« Notre hydrogel est suffisamment visqueux pour assurer une bonne répartition de ces deux types de cellules dans une seringue, mais il possède également d’importantes propriétés d’amincissement par cisaillement pour faciliter l’injection par la très fine aiguille nécessaire à cette opération », explique M. Shoichet. « La combinaison de ces propriétés a ouvert une nouvelle stratégie pour une distribution de plusieurs cellules ».
En testant cette méthode de double injection sur des souris modèles de la DMLA, l’équipe a constaté que les rongeurs retrouvaient environ 10 % de leur acuité visuelle, par rapport à des souris qui n’avaient reçu qu’un seul des deux types de cellules et ne présentaient que peu ou pas d’amélioration. Dans les expériences comportementales, ces souris étaient également plus actives dans les chambres noires.
« Nous avons conçu l’expérience de manière à ce que je ne sache pas quelles souris ont reçu ce traitement et lesquelles ont reçu un placebo », explique l’auteur principal Nick Mitrousis. « Lorsque certaines des souris ont commencé à réagir, j’ai continué à osciller entre l’optimisme que l’expérience aurait pu fonctionner et l’inquiétude que les souris en convalescence puissent être réparties entre les différents groupes de traitement ».

Des résultats significatifs et prometteurs

Les changements de comportement se sont avérés être le résultat du traitement par co-injection, ce qui a enthousiasmé les chercheurs, mais avec un optimisme prudent. Aucune autre expérience n’a tenté de combiner ces deux types de cellules dans le cadre d’un seul et même traitement. Les premiers résultats sont donc significatifs et prometteurs, même si l’équipe est consciente du long chemin à parcourir et des nombreux obstacles qui restent à surmonter.
« Nous devons tout d’abord démontrer les avantages de cette stratégie dans de multiples modèles animaux », déclare M. Shoichet. « Nous aurons également besoin d’une source de cellules photoréceptrices humaines et d’un moyen d’améliorer la survie de ces cellules, deux points sur lesquels nous travaillons. Néanmoins, nous sommes très enthousiasmés par ces données et toujours ouverts à la collaboration pour faire avancer cette recherche ».
Cette recherche a été publiée dans Biomaterials.
Source : University of Toronto
Crédit photo : Pixabay