covid-19-quels-sont-les-risque-utiliser-des-stéroïdes-?
Selon les chercheurs de l’université de Huddersfield, une étude réalisée au début de la pandémie mondiale de coronavirus et qui a mis en évidence les avantages de l’utilisation de stéroïdes pour lutter contre le COVID-19 chez les patients gravement malades aurait pu sauver des vies.

Des stéroïdes pour sauver des vies

Le Dr Hamid Merchant et le Dr Syed Shahzad Hasan ont évalué les résultats de l’utilisation de corticostéroïdes tels que la dexaméthasone chez des patients hospitalisés souffrant du syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) et nécessitant une assistance respiratoire.
À la mi-avril, ils avaient constaté que la proportion de patients atteints du COVID-19 décédés dans le groupe des stéroïdes était nettement inférieure à celle des patients qui n’avaient pas reçu de corticostéroïdes, soit 28 % contre 69 %.
Les travaux des universitaires de Huddersfield mettent en lumière les problèmes liés à l’examen des preuves scientifiques, ainsi que les coûts liés à la recherche et la préférence pour une pratique fondée sur les preuves. L’essai RECOVERY de l’université d’Oxford est parvenu à des conclusions similaires à celles des chercheurs de Huddersfield à la mi-juin, ce qui a conduit le gouvernement britannique à décider que la dexaméthasone pouvait être mise à la disposition des patients, une décision qui a ensuite été prise dans le monde entier.

L’OMS recommandait de ne pas utiliser de stéroïdes 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait, au début de la pandémie, recommandé de ne pas utiliser de stéroïdes pour lutter contre le COVID-19 en raison du risque perçu de retard dans la clairance du coronavirus. Malgré les avertissements de l’OMS, divers organismes mondiaux ont reconnu les avantages de l’utilisation des stéroïdes chez les patients atteints de SDRA, tels que la Commission nationale de la santé et l’Administration d’État de la médecine traditionnelle chinoise (NHC), la Campagne pour la survie à la septicémie (SSC) et l’Institut national de la santé (NIH).
« Cela montre que fournir des preuves n’est pas une mince affaire », déclare le Dr Merchant. « Le coût est très élevé ; non seulement cela coûte du temps et de l’argent, mais cela peut même coûter des vies. Le contexte de la pandémie le montre bien, c’est quelque chose que nous savons depuis des années mais qui a malheureusement été mis en évidence par le coronavirus », ajoute-t-il.

Les conseils de l’OMS ont semé la confusion

« Il y a toujours un dilemme entre les risques et les avantages d’une pratique fondée sur des données probantes dans une situation d’urgence médicale », déclare le Dr Hasan. « Les conseils de l’OMS ont semé la confusion chez beaucoup de gens et de nombreux pays se sont abstenus d’utiliser des stéroïdes en raison des risques de diminution de la réponse immunitaire ».
Le Dr Merchant ajoute que « les avantages de l’utilisation des stéroïdes l’emportent sur les risques. Il y a un risque de baisse du système immunitaire et de retard de la clairance virale de l’organisme, mais c’est un risque qui vaut la peine d’être pris s’il permet de sauver des vies ».
Cette recherche a été publiée dans Expert Review of Respiratory Medicine.
Source : University of Huddersfield
Crédit photo : Pexels