les-cellules-cancéreuse-captent-la-graisse-pour-se-propager
Les cellules cancéreuses qui se déplacent dans le liquide lymphatique – qui chasse les cellules combattant l’infection dans l’organisme et aide à éliminer les débris cellulaires – peuvent être plus susceptibles d’ensemencer des tumeurs éloignées parce qu’elles prennent des « couches » d’acides gras monoinsaturés qui les protègent des dommages, leur permettant de survivre assez longtemps pour former de nouvelles tumeurs.

Les cellules cancéreuses se couvrent de graisse

« De nombreuses personnes ont étudié les cellules cancéreuses qui circulent dans le sang, mais presque personne n’a étudié les cellules cancéreuses qui migrent via la lymphe », explique Sean Morrison, du centre médical du sud-ouest de l’université du Texas aux États-Unis. La raison, explique-t-il, est assez simple. Les échantillons de sang sont beaucoup plus faciles à obtenir que les échantillons lymphatiques.
En général, ces cellules cancéreuses sont inefficaces pour créer des métastases. Il faut des années pour que les tumeurs se propagent à des sites distants dans le corps, principalement parce que la plupart de ces cellules meurent pendant leur migration dans le sang. Dans des travaux précédents, M. Morrison et son équipe ont suggéré que le stress oxydatif, un processus par lequel les radicaux libres de l’oxygène peuvent endommager les membranes des cellules graisseuses, tuait la plupart de ces cellules. Mais il n’était pas clair pourquoi certaines d’entre elles étaient encore capables de survivre au stress.
Pour le savoir, Morrison et son équipe ont injecté des cellules de mélanome humain teintées dans les veines ou les ganglions lymphatiques de 520 souris et ont ensuite retracé comment ces cellules se déplaçaient dans leurs corps. Ils ont découvert qu’il y avait plus de cellules cancéreuses dans le liquide lymphatique que dans le sang, et que les cellules du sang avaient subi un stress oxydatif élevé.

Cette graisse a protégé les cellules cancéreuses

Dans les membranes des cellules cancéreuses présentes dans les ganglions lymphatiques, l’équipe a trouvé des niveaux plus élevés d’acide oléique, un acide gras monoinsaturé. Leurs homologues cellulaires dans le sang qui ont omis l’arrêt dans les ganglions lymphatiques avaient des membranes composées principalement d’acides gras polyinsaturés, qui sont plus susceptibles d’être endommagés par le stress oxydatif.
L’acide oléique a dilué les acides gras polyinsaturés et a protégé les cellules des dommages oxydatifs lorsqu’elles se déplaçaient dans le sang vers des parties éloignées du corps, explique Morrison.
Cette recherche donne aux chercheurs une autre cible pour prévenir la progression du cancer chez les patients. En plus des médicaments qui pourraient perturber cette membrane protectrice, Morrison et son équipe testent les effets d’un « régime cheeseburger », riche en graisses polyinsaturées qui, espèrent-ils, ralentira la progression du cancer chez les souris.
Cette recherche a été publiée dans Nature.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Les cellules cancéreuses captent la graisse pour se propagermartinBiologie
Les cellules cancéreuses qui se déplacent dans le liquide lymphatique - qui chasse les cellules combattant l'infection dans l'organisme et aide à éliminer les débris cellulaires - peuvent être plus susceptibles d'ensemencer des tumeurs éloignées parce qu'elles prennent des 'couches' d'acides gras monoinsaturés qui les protègent des dommages, leur...