un-revètement-de-nanoparticules-contre-la-carie
Bien que les caries soient causées par des bactéries, il ne suffit pas de tuer toutes ces bactéries dans la bouche, car certaines d’entre elles aident à la digestion ou ont d’autres effets bénéfiques. Un revêtement de nanoparticules pourrait cependant un jour prévenir les caries sans nuire à ces bactéries.

Des nanoparticules

Les caries se produisent lorsque des bactéries nocives telles que Streptococcus mutans se reproduisent pour former des biofilms (ou plaque dentaire) sur les dents – ce faisant, elles produisent des acides qui dissolvent l’émail des dents. Auparavant, les scientifiques ont utilisé des substances comme l’oxyde de zinc, l’oxyde de cuivre et l’argent pour éradiquer ces microbes, mais malheureusement, ces composés tuent également les bactéries bénéfiques.
Au lieu de cela, une équipe de l’université de l’Illinois à Chicago s’est récemment intéressé à empêcher ces microbes de former des biofilms, sans leur nuire. Dirigés par le Dr Russell Pesavento, les chercheurs ont étudié les effets des nanoparticules d’oxyde de cérium.
Alors que des études antérieures suggéraient que ces particules n’empêchaient pas la formation de biofilms (et dans certains cas la favorisaient même), les scientifiques de l’Illinois savaient que les qualités des nanoparticules d’oxyde de cérium étaient déterminées en grande partie par la manière dont elles sont fabriquées – et leurs particules ont été créées différemment des autres, en dissolvant des sels de nitrate ou de sulfate d’ammonium cérique dans de l’eau.

La production de biofilm a diminué de 40 %

Lors d’essais en laboratoire, des plaques de polystyrène ont été ensemencées avec un milieu de croissance contenant des bactéries S. mutans, qui ont été nourries avec les sucres qu’elles utilisent pour construire des biofilms. Lorsqu’une solution de ces nouvelles nanoparticules d’oxyde de cérium a été ajoutée à ces plaques, la production de ces biofilms a été réduite de 40 %.
En revanche, le nitrate d’argent, un agent anticarie couramment utilisé, n’a eu aucun effet sur la croissance des biofilms dans les mêmes conditions. De plus, ces nanoparticules d’oxyde de cérium se sont révélées moins toxiques pour les cellules orales humaines.
Bien qu’il reste encore du travail à faire, Pesavento espère finalement combiner ces particules avec du fluorure pour renforcer l’émail, dans un revêtement que les dentistes pourraient appliquer sur les dents des patients.
Une conférence de presse sur cette étude sera diffusée le 18 août.
Source : American Chemical Society
Crédit photo : Pexels

Un revêtement de nanoparticules contre la cariemartinBiologie
Bien que les caries soient causées par des bactéries, il ne suffit pas de tuer toutes ces bactéries dans la bouche, car certaines d'entre elles aident à la digestion ou ont d'autres effets bénéfiques. Un revêtement de nanoparticules pourrait cependant un jour prévenir les caries sans nuire à ces...