un-bioadhésif-qui-accélère-laguérison-des-plaies
Lorsque l’on suture des plaies dans le corps, il y a un risque d’endommager les tissus et de développer des infections. Un nouveau type de colle chirurgicale pourrait cependant réduire le besoin de sutures, et pourrait en outre fermer les plaies plus rapidement tout en délivrant des médicaments.

Le CaproGlu accélère la guérison

Connu sous le nom de CaproGlu, ce matériau expérimental a été créé par des scientifiques de l’Université technologique Nanyang de Singapour. Il est composé de deux ingrédients principaux : le polycaprolactone approuvé par la FDA, et une molécule organique appelée diazirine, qui forme des liens solides lorsqu’elle est activée par la lumière ultraviolette.
Contrairement à certains adhésifs en deux parties, il n’est pas nécessaire d’ajouter de catalyseur chimique. De plus, cette colle n’est pas affectée par le processus d’irradiation gamma couramment utilisé pour stériliser le matériel chirurgical.
Encore liquide, le CaproGlu est appliqué directement sur une plaie ou une incision dans un tissu biologique humide. Il est ensuite exposé à une faible dose de lumière ultraviolette pendant quelques secondes, ce qui le transforme en un caoutchouc solide mais souple. Ce faisant, il déplace le liquide à la surface du tissu, permettant une liaison ferme – il aurait une force d’adhérence trois à sept fois plus forte que celle des bioadhésifs disponibles dans le commerce, selon les chercheurs.

Cet adhésif est biodégradable

Ce caoutchouc se biodégrade progressivement et de manière inoffensive au cours des semaines suivantes, à mesure que la blessure se cicatrise. Lors de tests en laboratoire, une artère sectionnée chez un lapin a été recollée à l’aide de quatre points de suture et d’une enveloppe constituée d’un filet biodégradable trempé dans du CaproGlu – normalement, huit points de suture auraient été nécessaires. Au bout de sept jours, l’artère avait complètement cicatrisé.
De plus, lors de tests effectués sur des rats, le CaproGlu a pu libérer progressivement un anesthésique local à l’endroit de la blessure dans la jambe. On pense qu’une fois développée, cette colle pourrait également être chargée de médicaments qui accélèrent le processus de guérison et empêchent l’infection.
Cette recherche a été publiée dans Biomaterials.
Source : Nanyang Technological University
Crédit photo : RawPixel