le-Groenland-a-perdu-plus-de-glace-que-toute-autre-année
Le Groenland a perdu plus de glace en 2019 qu’au cours de toute autre année depuis le début des mesures. La calotte glaciaire a perdu 15 % de glace en plus qu’en 2012, l’année où le précédent record a été établi. « C’est inquiétant, mais pas si surprenant », déclare Ingo Sasgen de l’Institut Alfred Wegener de Bremerhaven, en Allemagne.

Une perte de glace inquiétante au Groenland 

Cette constatation est en partie basée sur les données des satellites GRACE, lancés en 2002 et qui ont mesuré les changements de la gravité terrestre. Ils ont notamment révélé la quantité de glace que le Groenland perd en raison de la fonte et de l’écoulement des glaciers dans l’océan. Ces satellites ont été mis hors service la fin de 2017, mais les satellites de remplacement ont été lancés en 2018, ce qui a permis de reprendre les mesures.
Celles-ci montrent qu’il y a eu moins de perte de glace que d’habitude en 2017 et 2018, mais une nouvelle perte record d’environ 530 gigatonnes a suivie en 2019. On s’attend à ce que la perte de glace s’accélère à mesure que le réchauffement se poursuit, mais l’enregistrement par satellite est trop court pour montrer une telle tendance. Ce qui est clair, c’est que le temps au Groenland devient de plus en plus variable et extrême.
Certaines années, comme en 2019, il y a plus de systèmes de haute pression au-dessus du Groenland, attirant de l’air chaud d’Amérique du Nord qui provoque une grande fonte. D’autres années, comme 2017 et 2018, les systèmes de basse pression sont plus fréquents et produisent beaucoup de neige. Cependant, même pendant les années où il y a beaucoup de neige, la calotte glaciaire continue de perdre de la masse en raison du réchauffement climatique, de nombreux glaciers s’écoulant plus rapidement et déversant davantage de glace dans la mer.

Cette perte ajouterait 6 mètres au niveau de la mer

On soupçonne que cette plus grande variabilité du temps est liée au réchauffement de l’Arctique, mais cela n’est pas certain. « Il est encore trop tôt pour en avoir le cœur net », déclare M. Sasgen. Cette perte de toute cette glace du Groenland ajouterait au moins 6 mètres au niveau mondial de la mer. On pense que cela se produirait progressivement au cours des millénaires plutôt que d’assister à un effondrement soudain, comme cela devrait arriver à certaines parties de la calotte glaciaire de l’Antarctique.
Cependant, ce processus pourrait déjà être irréversible. Certaines études, dont une publiée la semaine dernière, suggèrent que nous avons déclenché des réactions positives qui signifient que cette perte de glace se poursuivra même si la planète cesse de se réchauffer aujourd’hui. Par exemple, lorsque la surface de la calotte glaciaire tombera, elle sera exposée à l’air plus chaud à des altitudes plus basses, ce qui accélérera la fonte.
Sasgen pense que nous n’en savons pas assez sur ces rétroactions pour dire avec certitude que nous avons dépassé le point de non-retour. « Nous savons que ces points de non-retour sont là, mais nous ne pouvons pas dire quand nous les avons franchis. »
Il y aura peu d’élévation du niveau de la mer au Royaume-Uni et dans les autres pays du nord, même si toute la glace du Groenland fond. En effet, ces calottes glaciaires sont si grandes que leur gravité attire l’eau vers elles, et cette attraction est perdue lorsqu’elles fondent, ce qui fait baisser le niveau de la mer autour d’elles. Mais la fonte de l’Antarctique entraînera des hausses plus importantes dans ces endroits que dans la plupart des autres régions.
Cette recherche a été publiée dans Communications Earth & Environment.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Le Groenland a perdu plus de glace que toute autre année martinChangement Climatique
Le Groenland a perdu plus de glace en 2019 qu'au cours de toute autre année depuis le début des mesures. La calotte glaciaire a perdu 15 % de glace en plus qu'en 2012, l'année où le précédent record a été établi. 'C'est inquiétant, mais pas si surprenant', déclare Ingo...