programmer-les-macrophages-pour-réparer-les-tissus
Les macrophages sont des globules blancs qui, en fonction des signaux qu’ils reçoivent du système immunitaire, se spécialisent dans l’augmentation ou la diminution de l’inflammation. Lorsque les macrophages sont programmés pour être pro-inflammatoires, ils contribuent à augmenter l’inflammation, ce qui est bénéfique pour combattre les infections ; lorsqu’ils sont programmés pour être anti-inflammatoires, ils contribuent à diminuer l’inflammation.

La programmation des macrophages

Cette programmation régulée permet à l’organisme de lutter contre les infections mais aussi de faire en sorte que l’inflammation s’atténue naturellement après la réponse immunitaire initiale et favorise la réparation des tissus. L’émergence de macrophages anti-inflammatoires permet d’éviter qu’une réponse immunitaire ne devienne excessive et dangereuse, comme ce que l’on observe dans les maladies auto-immunes ou dans le syndrome de détresse respiratoire aiguë, ou SDRA, qui touche certains patients atteints du COVID-19
Une nouvelle étude des chercheurs de l’université de l’Illinois à Chicago suggère que la programmation des macrophages est plus complexe qu’on ne le pensait auparavant. « Nous avons découvert que la programmation des macrophages n’est pas seulement dictée par le système immunitaire, mais aussi par l’environnement dans lequel ils vivent », a déclaré l’auteur principal de cette étude, Asrar Malik.
Cette étude s’est intéressé spécifiquement sur le programme des macrophages dans des modèles animaux de lésions pulmonaires. « Nous avons démontré que les cellules endothéliales du poumon – qui sont les cellules qui tapissent les vaisseaux sanguins – sont essentielles dans la programmation des macrophages avec de puissantes fonctions de réparation tissulaire et anti-inflammatoires », a déclaré le Dr Jalees Rehman, professeur de médecine et coauteur principal de l’article.
L’équipe de recherche a d’abord analysé les protéines, qui fonctionnent comme des signaux chimiques, qui sont libérés par les cellules des vaisseaux sanguins, puis elle a mené des expériences pour voir si ces signaux affectaient le fonctionnement des macrophages. Ils ont découvert qu’une protéine, appelée Rspondin3, était libérée à des niveaux élevés lors de lésions inflammatoires et jouait un rôle très important dans la programmation des macrophages.

Les vaisseaux sanguins jouent un rôle instructif 

« Lorsque nous avons retiré le gène responsable de la Rspondin3 des cellules endothéliales des vaisseaux sanguins, nous avons observé que les macrophages ne ralentissaient pas l’inflammation. Au lieu de cela, les poumons ont été davantage endommagés », a déclaré Bisheng Zhou, professeur assistant de recherche en pharmacologie et premier auteur de cette étude. « Nous avons essayé cela dans de multiples modèles de lésions pulmonaires inflammatoires et avons trouvé des résultats cohérents, suggérant que les vaisseaux sanguins jouent un rôle instructif important en guidant la programmation des macrophages ».
En plus de fournir une nouvelle voie à explorer pour les développeurs de médicaments, M. Rehman a déclaré que cette découverte fournit un indice sur les raisons pour lesquelles certaines personnes peuvent avoir de meilleurs résultats. « La majorité des gens se remettent d’une infection pulmonaire mais, malheureusement, un sous-ensemble de patients développe de graves lésions pulmonaires sous la forme d’un SDRA, ce que nous avons vu lors de la récente pandémie de COVID-19 », a déclaré M. Rehman.
Selon M. Rehman, même si cette étude s’est concentrée sur les poumons, ses conclusions pourraient également s’appliquer aux maladies d’autres organes tels que le cœur, les intestins, le cerveau et le foie, où les cellules immunitaires peuvent causer des dommages si l’équilibre nécessaire entre les cellules pro-inflammatoires et anti-inflammatoires est rompu.
Cette recherche a été publiée dans Nature Immunology.
Source : University of Illinois at Chicago
Crédit photo : RawPixel