un-composé-qui-inhibe-les-enzymes-liées-au-cancer
Une équipe de scientifiques du Rogel Cancer Center de l’université du Michigan a mis au point les premiers composés de type médicament pour inhiber une famille clé d’enzymes dont le dysfonctionnement est associé à plusieurs types de cancer, dont une forme agressive de leucémie infantile.

Inhiber une famille d’enzymes

Ces enzymes – connues sous le nom de famille d’histones méthyltransférases se liant aux récepteurs nucléaires (NSD) – sont depuis longtemps une cible médicamenteuse intéressante, mais les efforts pour les inhiber se sont révélés infructueux jusqu’à présent, car la forme des sites de liaison de ces enzymes rend difficile la liaison des molécules médicamenteuses avec elles.
L’équipe de recherche dirigée par Tomasz Cierpicki et Jolanta Grembecka a utilisé diverses techniques, dont la cristallographie aux rayons X et la résonance magnétique nucléaire, pour mettre au point les premiers inhibiteurs d’une protéine clé connue sous le nom de NSD1.
Le composé principal de l’équipe – connu sous le nom de BT5 – a montré une activité prometteuse dans les cellules leucémiques avec la translocation chromosomique NUP98-NSD1 qui est observée dans un sous-ensemble de patients pédiatriques atteints de leucémie.

Faciliter le développement d’inhibiteurs sélectifs 

« Notre étude, qui a duré des années, démontre que le ciblage de cette enzyme clé avec des inhibiteurs à petites molécules est une approche réalisable », déclare M. Cierpicki, professeur associé de biophysique et de pathologie à l’UM. « Ces découvertes faciliteront le développement de la prochaine génération d’inhibiteurs puissants et sélectifs de ces enzymes, qui sont surexprimées, mutées ou subissent des translocations dans plusieurs types de cancer ».
Cette recherche a été publiée dans Nature Chemical Biology.
Source : University of Michigan
Crédit photo : Pexels