un-médicament-stimule-la-masse-musculaires-et-osseuse
Un médicament expérimental a considérablement augmenté la masse musculaire et osseuse de souris qui ont passé un mois dans la station spatiale internationale. L’espoir est qu’une version humaine pourrait aider les personnes qui passent de longues périodes au lit pour cause de maladie, ainsi qu’aider les astronautes.

Un médicament expérimental 

« Il pourrait aider toutes les conditions, toutes les maladies prolongées, dans lesquelles une personne est alitée », déclare Emily Germain-Lee de l’université du Connecticut. Le maintien des muscles et des os est coûteux, ils perdent donc de la masse lorsque nous ne les utilisons pas, que ce soit en raison du temps passé au lit ou en microgravité. Cet effet est en partie dû à une protéine appelée myostatine, qui se lie aux récepteurs à la surface des cellules musculaires et bloque leur croissance.
De nombreux groupes essaient depuis des décennies de mettre au point des médicaments qui bloquent les effets de la myostatine, sans grand succès. C’est peut-être parce que la myostatine n’est pas le seul facteur de croissance impliqué dans ce processus, explique Se-Jin Lee, membre de l’équipe du laboratoire Jackson dans le Connecticut. Une autre protéine, appelée activine A, se lie au même récepteur et a des effets similaires.
La désactivation du gène de la myostatine chez les souris double la masse musculaire, explique Se-Jin Lee, tandis que la désactivation des gènes de la myostatine et de l’activine A la quadruple. Ce médicament expérimental est une forme modifiée du récepteur auquel ces deux protéines se lient. Lorsqu’il est injecté dans la circulation sanguine, la myostatine et l’activine A s’y fixent au lieu des véritables récepteurs, ce qui réduit l’effet inhibiteur.

Une augmentation de 50 % de la masse musculaire 

« Il agit comme un leurre », dit Lee. De fortes doses produisent une augmentation de 50 % de la masse musculaire dans tout le corps des souris en seulement deux semaines. Lorsque les souris ont reçu une dose du récepteur leurre deux jours avant d’être lancées vers la station spatiale internationale, puis une fois par semaine pendant leur séjour dans la station, leur masse musculaire et osseuse a augmenté d’environ 20 %, tout comme les souris au sol qui ont reçu les mêmes doses.
Chez les souris non traitées, la masse musculaire a diminué d’environ 10 % au cours du mois dans l’espace. Les souris qui n’ont pas été traitées pendant leur séjour dans l’espace ont récupéré leur masse musculaire et osseuse plus rapidement si on leur a administré ce médicament à leur retour.
Le fait que ce médicament augmente la masse osseuse ainsi que la masse musculaire est crucial, dit Germain-Lee, car ils sont nécessaires pour aider les personnes alitées à se remettre sur pied. « C’est pourquoi c’est si intéressant », dit-elle. « Les muscles et les os sont si étroitement liés. »

Modifier ce leurre

Une société appelée Acceleron a déjà testé une version humaine de cette protéine leurre chez l’homme, mais a dû interrompre les essais en raison d’effets secondaires, notamment des saignements de nez. Lee espère qu’il sera possible de modifier le leurre pour éviter ces problèmes.
Cette recherche a été publiée dans PNAS
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Un médicament stimule la masse musculaire et osseusemartinbiothechnologie
Un médicament expérimental a considérablement augmenté la masse musculaire et osseuse de souris qui ont passé un mois dans la station spatiale internationale. L'espoir est qu'une version humaine pourrait aider les personnes qui passent de longues périodes au lit pour cause de maladie, ainsi qu'aider les astronautes. Un médicament expérimental  'Il...