Technologie Média

Substitut du cuir à base de champignons

Chimie 08 septembre 2020

substitut-du-cuir-à-base-de-champignons
Le cuir est utilisé comme un matériau durable et flexible dans de nombreux aspects de la vie quotidienne, y compris les meubles et les vêtements. Les substituts du cuir dérivés de champignons sont considérés comme une alternative éthique et écologique au cuir de bovin traditionnel. Une équipe internationale dirigée par les chimistes des matériaux Alexander Bismarck et Mitchell Jones de l’Université de Vienne démontre le potentiel de ces tissus durables et renouvelables dérivés de champignons.

Un substitut du cuir

Le cuir traditionnel et ses alternatives sont généralement obtenus à partir d’animaux et de polymères synthétiques. Le cuir peut être considéré comme un co-produit de la production de viande, l’élevage et le processus de production du cuir étant de plus en plus considérés comme éthiquement discutables et peu respectueux de l’environnement. La production de matériaux en cuir synthétique à partir de plastiques tels que le chlorure de polyvinyle (PVC) ou le polyuréthane (PU) dépend également de produits chimiques dérivés de combustibles fossiles.
« C’est là qu’entrent en jeu des matériaux semblables au cuir provenant de champignons qui, en général, sont neutres en CO2 et biodégradables à la fin de leur durée de vie », explique Alexander Bismarck, professeur invité à l’Imperial College de Londres.

La croissance du mycélium fongique

Les substituts du cuir peuvent être produits à partir de champignons, en recyclant des sous-produits agricoles et forestiers à faible coût (par exemple, la sciure). Ceux-ci servent de matière première pour la croissance du mycélium fongique, qui constitue une masse de structures tubulaires allongées et représente la croissance végétative des champignons filamenteux.
En quelques semaines, cette biomasse fongique peut être récoltée et traitée physiquement et chimiquement. « En conséquence, ces feuilles de biomasse fongique ressemblent à du cuir et présentent un matériau et des propriétés tactiles comparables », explique Alexander Bismarck. Les premières entreprises de biotechnologie commercialisent déjà des matériaux dérivés de champignons.
Jusqu’à présent, la production de ces matériaux a été principalement motivée par l’esprit d’entreprise. Selon les chercheurs, les champignons utilisés comme matière première pour les substituts du cuir constituent une alternative rentable, socialement et écologiquement saine au cuir de bovin et synthétique, et présentent un intérêt particulier pour les consommateurs et les entreprises soucieux de la durabilité, ainsi que pour la communauté végétalienne.
Selon eux, « les progrès de cette technologie et le nombre croissant d’entreprises qui produisent des substituts du cuir à base de champignons et de biomasse suggèrent que ce nouveau matériau jouera un rôle considérable dans l’avenir des tissus éthiques et écologiques ».
Cette recherche a été publiée dans Nature Sustainability.
Source : University of Vienna
Crédit photo : Pexels