des-parties-du-cervau-fatiguées-déforment-le-temps
Le temps peut parfois sembler plus lent qu’il ne l’est parce qu’une partie de notre cerveau est fatiguée. « On a pu faire l’expérience de cette manipulation après avoir entendu une musique au tempo rapide », explique Masamichi Hayashi, de l’université d’Osaka au Japon. « La prochaine chanson avec un tempo légèrement plus lent semblera encore plus lente. »

Le cerveau et la perception du temps

En utilisant une méthode de manipulation similaire, Hayashi et ses collègues ont voulu déterminer s’il y avait une base neurale pour notre sens subjectif du temps. Ils ont concentré leurs efforts sur le gyrus supramarginal du cerveau, après avoir lu des rapports sur la façon dont les personnes ayant des lésions dans cette partie du cerveau avaient un sens du temps altéré.
Les chercheurs ont scanné le cerveau de 20 personnes, âgées en moyenne de 21 ans, et leur ont montré une rapide succession de cercles gris sur un écran. Ces cercles ont été utilisés pour manipuler la notion de temps des participants. Certains participants n’ont vu chaque cercle que pendant 250 millisecondes, tandis que d’autres les ont vus pendant 750 ms.
Ensuite, chaque personne a vu un autre cercle gris, suivi d’un bip sonore pendant 500 ms. Ces cercles sont apparus pendant 350, 450, 550 ou 650 ms et les participants ont été invités à juger si cette période était plus courte ou plus longue que le bip. Les participants qui ont d’abord vu les cercles gris pendant 250 ms ont surestimé la durée d’affichage du nouveau cercle à l’écran, alors que l’autre groupe a sous-estimé.

Cette expérience a fatigué les neurones

Ces résultats se sont reflétés dans les scanners cérébraux, qui ont montré que les participants qui ont signalé de plus grandes distorsions temporelles ont eu une plus grande réduction de l’activité du gyrus supramarginal. Hayashi pense que cela est dû au fait que la première phase de l’expérience a fatigué les neurones sensibles au temps du gyrus supramarginal, les rendant moins enclins à se déclencher lorsqu’ils sont réglés sur des stimuli répétés.
Hayashi dit qu’il n’est pas sûr de savoir pourquoi certaines personnes ont signalé de plus grandes distorsions temporelles que d’autres. « Mais je suppose que cela a du sens quand on pense que certaines personnes sont très douées pour le timing, et d’autres non », dit-il.
« Cette étude fournit certaines des meilleures preuves à ce jour d’une zone spécifique du cerveau qui est impliquée dans la perception subjective du temps », déclare, Buonomano de l’Université de Californie.
Cette recherche a été publiée dans Journal of Neuroscience.
Source : New Scientist
Crédit photo : PXhere

Des parties du cerveau fatiguées déforment le tempsmartinBiologie
Le temps peut parfois sembler plus lent qu'il ne l'est parce qu'une partie de notre cerveau est fatiguée. 'On a pu faire l'expérience de cette manipulation après avoir entendu une musique au tempo rapide', explique Masamichi Hayashi, de l'université d'Osaka au Japon. 'La prochaine chanson avec un tempo légèrement...