restaur-audition-avec-une-protéine
Les cellules sensorielles qui tapissent l’oreille interne, connues sous le nom de cellules ciliées, jouent un rôle important dans notre sens de l’audition, mais sont également sujettes à des dommages irréversibles dus à des stress comme un bruit excessif. Les scientifiques qui étudient les traitements régénératifs pour ce type de perte auditive ont fait une avancée importante, en démontrant comment une seule protéine peut déterminer si les cellules ciliées embryonnaires se transforment en cellules ciliées adultes, ou si elles suivront un chemin entièrement différent.

l’impact d’une protéine sur les cellules ciliées

Ces recherches ont été menées par des scientifiques de l’Université du Maryland et de l’Université de Stanford, qui ont étudié le processus de maturation des cellules ciliées et la façon dont il pourrait être mis à profit pour traiter la perte auditive. Grâce à des travaux antérieurs, les scientifiques avaient découvert que la perte d’une protéine appelée GFI1 dans les cellules ciliées entraînait des mutations qui, à leur tour, produisait une perte d’audition, si bien qu’ils étudient depuis lors comment cette protéine s’intègre exactement durant le processus de maturation
Dans ce cadre, l’équipe a récemment mené une étude sur des souris nouveau-nées qui avaient été génétiquement modifiées de manière à ne pas posséder le gène permettant de produire la GFI1. En étudiant l’expression de ce gène chez ces rongeurs, l’équipe a pu démontrer que leurs cellules ciliées embryonnaires ne se sont pas transformées en cellules ciliées adultes pleinement fonctionnelles. Au lieu de cela, les gènes qu’ils ont exprimés ont suggéré qu’ils allaient devenir quelque chose de plus proche d’une cellule nerveuse.
« Nos résultats expliquent pourquoi la GFI1 est essentiel pour permettre aux cellules embryonnaires de se transformer en cellules ciliées adultes fonctionnelles », explique le Dr Hertzano. « Ces données expliquent également l’importance de la GFI1 dans les protocoles expérimentaux pour régénérer les cellules capillaires à partir de cellules souches. Ces méthodes régénératives ont le potentiel d’être utilisées pour les patients qui ont subi une perte auditive due à l’âge ou à des facteurs environnementaux comme l’exposition à un bruit fort ».

la GFI1 pourrait restaurer l’audition

Bien que ces études aient été menées sur des souris et ne constituent qu’une petite pièce du puzzle très complexe, comprendre ce qui conduit à une audition saine et normale et ce qui peut la compromettre, est une première étape importante pour le développement de nouveaux traitements. L’équipe note que des collègues chercheurs dans ce domaine testent actuellement la GFI1 et des protéines similaires dans le cadre d’un cocktail potentiel pour restaurer l’audition.
Cette recherche a été publiée dans Development.
Source : University of Maryland
Crédit photo : StockPhotoSecrets

Restaurer l'audition avec une protéinemartinBiologie
Les cellules sensorielles qui tapissent l'oreille interne, connues sous le nom de cellules ciliées, jouent un rôle important dans notre sens de l'audition, mais sont également sujettes à des dommages irréversibles dus à des stress comme un bruit excessif. Les scientifiques qui étudient les traitements régénératifs pour ce type...