le-hurlement-des-loups-ressemble-à-nos-sirènes
Il y a une étrange ressemblance entre les hurlements de loups et les sirènes d’urgence. Le son d’une sirène pourrait être efficace parce que nous avons évolué pour être alertés par des hurlements, suggèrent des chercheurs.

L’efficacité des hurlements

Hynek Burda, de l’université tchèque des sciences de la vie, et ses collègues ont comparé plusieurs dizaines d’enregistrements de hurlements de loups avec les sons émis par différentes sirènes d’urgence, comme celles des ambulances et des systèmes d’alerte ainsi qu’aux tornades. Leur analyse a porté sur les composantes acoustiques les plus importantes de ces sons – par exemple leurs fréquences initiales et de fermeture ou la façon dont les sons changent du début à la fin.
Ils ont constaté que la plupart des sons des sirènes testées « recouvrent largement » les sons des hurlements des loups, ce qu’ils appellent une « similitude frappante ».
Les concepteurs des sirènes n’ont presque certainement pas délibérément modelé leurs sons sur les hurlements des loups, explique M. Burda. « Mais s’ils avaient cherché des paramètres sonores qui se propagent efficacement et alertent efficacement les humains, alors ils auraient peut-être trouvé les mêmes paramètres que ceux des hurlements des loups. »

Un moyen de communiquer sur de longues distances

Burda et son équipe, suggèrent que l’évolution des loups a choisi le son des hurlements, comme le moyen le plus efficace de communiquer sur de longues distances. Ces hurlements, à leur tour, peuvent avoir formé une pression de sélection, pour la vigilance à ces sons, au cours de l’évolution des humains modernes.
Dans ce scénario, les sirènes actuelles tirent parti de notre tendance innée à prendre note de ces sons aposématiques, ou d’avertissement, ainsi que du fait que certaines propriétés acoustiques, sont idéales pour transmettre efficacement le son sur de longues distances.
« Les sirènes provoquent aussi efficacement le hurlement des loups et des chiens, ce qui indique que ces animaux, les considèrent comme similaires », explique M. Burda.

Concevoir de nouveaux systèmes d’alerte

Burda et ses collègues espèrent que leurs travaux inspireront d’autres chercheurs afin d’étudier, comment les sons aposématiques naturels, tels que les hurlements des loups, le bourdonnement des frelons ou le sifflement des serpents, peuvent être utilisés, pour concevoir de nouveaux systèmes d’alerte.
Cette recherche a été publiée dans Acta Biotheoretica.
Source : New Scientist
Crédit photo : PXhere