le-SSPT-peut-doubler-le-risque-de-démence
Des chercheurs de l’University College London ont réalisé la première méta-analyse au monde sur la relation entre le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et la démence. Cette étude, qui a porté sur plus d’un million de sujets, a révélé que le SSPT, surtout s’il n’est pas traité, peut doubler le risque de développer une démence au cours de la vieillesse.

Le SSPT et la démence

Cette nouvelle étude, décrit la démence comme étant peut-être le plus grand défi de santé mondial du 21e siècle. Plus de 50 millions de personnes dans le monde souffrent actuellement de cette maladie, et les estimations suggèrent que la prévalence mondiale de la démence triplera d’ici 2050. En l’absence de traitements efficaces, la solution à court terme de la gestion de cette maladie consistera à identifier et à gérer précocement les principaux facteurs de risque susceptibles d’influencer le développement de la démence.
Une récente étude systématique réalisée par une équipe de chercheurs canadiens a mis en évidence une relation bidirectionnelle entre le SSPT et la démence. En examinant 25 études antérieures, – cet examen a conclu que le SSPT augmente le risque de démence, mais que la démence augmente également le risque de SSPT à retardement.
Cette nouvelle méta-analyse a tenté de quantifier l’association entre le SSPT et le risque accru de démence. Les données de 13 études ont été mises en commun, englobant 1,69 million de sujets. Dans l’ensemble, cette recherche a révélé qu’un diagnostic du SSPT était lié à une probabilité accrue de 61 % de développer une démence.
« Beaucoup de personnes souffrant de SSPT n’ont pas accès au traitement, parfois en raison d’un manque de capacité de soins de santé mentale, mais aussi à cause de la stigmatisation qui empêche souvent les gens de chercher de l’aide », explique l’auteur principal Vasiliki Orgeta. « Nous avons maintenant plus de preuves de la manière dont les expériences traumatisantes, et l’accès au traitement, peuvent avoir un impact durable pour les individus et influencer le risque futur de développer une démence ».

Les mécanismes demeurent inconnus

À ce stade, on ne sait pas exactement quels mécanismes de causalité pourraient expliquer cette association entre le SSPT et la démence. Les chercheurs émettent plusieurs hypothèses, dont la simple suggestion que le SSPT peut influencer de nombreux facteurs comportementaux connus pour amplifier le risque de démence, de la dépression à l’addiction.
« L’hypervigilance constante et la répétition du traumatisme peuvent activer les voies neurobiologiques liées à la menace et au stress, augmentant ainsi la vulnérabilité à la démence », expliquent des chercheurs dans cette étude. Le SSPT et la démence peuvent également partager une vulnérabilité génétique sous-jacente ».
Cette recherche a été publiée dans British Journal of Psychiatry.
Source : University College London
Crédit photo : Pexels

Le SSPT peut doubler le risque de démencemartinBiologie
Des chercheurs de l'University College London ont réalisé la première méta-analyse au monde sur la relation entre le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et la démence. Cette étude, qui a porté sur plus d'un million de sujets, a révélé que le SSPT, surtout s'il n'est pas traité, peut doubler...