lle-pic-des-réactions-allergiques-des-enfants-à-halloween
Chaque année, à Pâques et à Halloween, les réactions allergiques graves aux noix atteignent des sommets chez les enfants, selon une analyse de données provenant des salles d’urgence de tout le Canada.

Les allergies chez les enfants

« Je ne suis pas si surpris », déclare Moshe Ben-Shoshan, de l’université McGill au Canada, qui a dirigé cette étude. En tant qu’allergologue pédiatrique qui travaille régulièrement dans les salles d’urgence, Ben-Shoshan dit qu’il avait déjà remarqué que les cas de réactions allergiques graves chez les enfants avaient tendance à augmenter à certaines périodes de l’année.
« Je me souviens de ces cas d’enfants qui venaient à Halloween après avoir mangé du chocolat contaminé par des noix », dit-il.
Avec ses collègues, il a utilisé les registres des visites aux urgences pour analyser l’incidence de l’anaphylaxie provoquée par les noix – une réaction allergique grave – chez les enfants de quatre provinces canadiennes, dont le Québec, l’Ontario, Terre-Neuve-et-Labrador et la Colombie-Britannique.
Les chercheurs ont examiné 1 390 cas d’anaphylaxie entre 2011 et 2020, et ont constaté que la majorité des cas se produisaient chez des enfants de moins de 11 ans, et que les taux d’anaphylaxie déclenchée par les arachides étaient de 85 % supérieurs à la moyenne à Halloween, et de 60 % supérieurs à la moyenne à Pâques. Ils ont constaté une tendance similaire lorsqu’ils ont examiné l’anaphylaxie provoquée par d’autres noix.
L’équipe n’a pas constaté d’augmentation significative des réactions allergiques provoquées par les noix pendant d’autres fêtes telles que Noël, Diwali, le Nouvel An chinois et l’Aïd al-Adha.

Les friandises ne sont pas correctement étiquetées

« Halloween et Pâques impliquent des réunions sociales avec d’autres enfants où il y a beaucoup de bonbons. Ces fêtes peuvent comporter des interactions avec d’autres adultes qui ne sont pas forcément au courant des allergies alimentaires de l’enfant », explique Tina Sindher, de l’université de Stanford aux États-Unis, qui n’a pas participé à cette étude. Elle ajoute que « beaucoup de bonbons « amusants » peuvent ne pas être étiquetés correctement ou peuvent contenir différents ingrédients ».
Les enfants souffrant d’allergies alimentaires connues, devraient toujours avoir avec eux un appareil auto-injectable EpiPen, explique Tina Sindher. « Les personnes qui s’occupent des enfants doivent vérifier auprès des autres adultes du groupe, ou des amis de l’enfant qu’ils comprennent bien les allergies alimentaires de l’enfant, et ce qu’il faut faire en cas d’urgence », dit-elle.
Cette recherche a été publiée dans Canadian Medical Association Journal.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels