covid-19-un-taux-adéquat-de-vitamine-D-réduit-les-décès
Les patients atteints du COVID-19 hospitalisés dont la vitamine D était suffisante, avec un taux sanguin de 25-hydroxyvitamine D d’au moins 30 ng/mL, présentaient un risque significativement réduit de résultats cliniques indésirables, y compris la perte de conscience, l’hypoxie et la mort. En outre, ils présentaient des taux sanguins plus faibles d’un marqueur inflammatoire (protéine C-réactive) et des taux sanguins plus élevés de lymphocytes (un type de cellule immunitaire qui aide à combattre les infections).

Une réduction du risque de résultats indésirables

« Cette étude fournit la preuve directe, qu’un taux suffisant en vitamine D peut réduire les complications, notamment la tempête de cytokines (libération trop rapide de protéines dans le sang) et finalement la mort due au COVID-19 », a expliqué l’auteur correspondant Michael F. Holick, Ph.D., MD, professeur de médecine, de physiologie et de biophysique et de médecine moléculaire à la Boston University School of Medicine.
Pour cette étude, un échantillon de sang pour mesurer le taux de la vitamine D a été prélevé sur 235 patients admis à l’hôpital avec le COVID-19. Ces patients ont été suivis pour les résultats cliniques, notamment la gravité clinique de l’infection, la perte de conscience, les difficultés respiratoires entraînant l’hypoxie et la mort. Le sang a également été analysé pour un marqueur inflammatoire (protéine C-réactive) et pour le nombre de lymphocytes. Les chercheurs ont ensuite comparé tous ces paramètres chez les patients qui présentaient une carence en vitamine D à ceux dont la vitamine D était suffisante.

51,5 % moins de chances de mourir de l’infection

Chez les patients âgés de plus de 40 ans, ils ont observé qu’ils avaient une quantité suffisante de vitamine D, et avaient 51,5 % moins de chances de mourir de l’infection, que les patients qui avaient une carence ou une insuffisance en vitamine D, avec un taux sanguin de vitamine D inférieur à 30 ng/mL.
Holick, qui a récemment publié une étude, selon laquelle une quantité suffisante de vitamine D peut réduire le risque d’attraper un coronavirus de 54%, pense qu’une quantité suffisante de vitamine D aide à combattre les conséquences d’une infection, non seulement par le coronavirus, mais aussi par d’autres virus provoquant des maladies des voies respiratoires supérieures, dont la grippe. « Il est très préoccupant que la combinaison d’une infection grippale, et d’une infection virale, puisse augmenter considérablement les hospitalisations et les décès, dus aux complications de ces infections virales ».

Prendre un supplément de vitamine D réduit les complications

Selon M. Holick, cette étude fournit une stratégie simple et rentable, pour améliorer la capacité d’une personne à lutter contre le coronavirus et réduire les résultats cliniques négatifs du COVID-19, notamment le fait de devoir recourir à un ventilateur, une réponse immunitaire hyperactive entraînant une tempête de cytokines et la mort. « Parce que la carence et l’insuffisance en vitamine D sont si répandues chez les enfants et les adultes aux États-Unis et dans le monde entier, en particulier pendant les mois d’hiver, il est prudent que chacun prenne un supplément de vitamine D, pour réduire le risque d’être infecté et d’avoir des complications dues au COVID-19 ».
Cette recherche a été publiée dans PLOS ONE.
Source : Boston University School of Medicine
Crédit photo : Pexels