les-radiations-sur-la-lune-sont-plus-élevées-que-dans-ISS
Les astronautes sur la Lune seraient exposés à près de trois fois plus de radiations, que ceux à bord de la Station spatiale internationale, ce qui pourrait rendre les missions à long terme plus risquées que prévues.

Des niveaux trois fois plus élevés

« Une fois que vous avez survécu à votre séjour sur la Lune, et que vous revenez sur Terre, les dommages causés par les radiations sont ceux qui vous accompagnent pour le reste de votre vie, et c’est pourquoi cette mesure est essentielle », explique Robert Wimmer-Schweingruber, de l’université de Kiel en Allemagne.
Wimmer-Schweingruber et son équipe ont analysé plusieurs semaines de données acquises par l’atterrisseur chinois Chang’e 4, qui est devenu le premier vaisseau spatial à se poser sur la face cachée de la lune l’année dernière. « Une des raisons de cette mission et d’autres missions sur la Lune, est la préparation à la présence humaine », dit-il.
Mais les niveaux élevés de radiation détectés représentent un défi supplémentaire, pour les futures missions lunaires de longue durée, dit Wimmer-Schweingruber. « Les radiations que nous voyons actuellement, ont une énergie assez élevée et il est difficile de s’en protéger ».
Wimmer-Schweingruber et ses collègues ont découvert que les niveaux d’exposition aux radiations sur la Lune, étaient entre 200 et 1000 fois plus élevés qu’à la surface de la Terre – ce qui équivaut à des niveaux d’exposition, cinq à dix fois plus élevés que ceux rencontrés lors d’un vol de New York à Francfort, ou environ 2,6 fois plus élevés que ceux rencontrés par les astronautes de la Station spatiale internationale.
« Ce qui nous a étonnés, c’est la quantité de rayonnement neutronique, qui est due aux neutrons et aux rayons gamma », déclare Wimmer-Schweingruber. « C’est quelque chose que nous étudions de plus près. »

Les effets sur la santé humaine

« On ne sait pas encore si ce niveau élevé, d’exposition aux rayonnements de particules fortement chargées, aura des répercussions importantes à court et à long terme sur la santé humaine », déclare Jeff Chancellor de l’Université d’État de la Louisiane.
« Connaître la quantité moyenne de rayonnement à laquelle un astronaute, à la surface de la Lune serait exposé, et comment cette moyenne peut changer au fil du temps, facilitera grandement la planification de l’exploration future de la Lune par l’homme, de manière à minimiser le risque de préjudice pour les astronautes », déclare Tessa Fisher de l’Université d’État de l’Arizona.
« Si vous vouliez vivre à la surface de la Lune, vous voudriez creuser assez profondément ou vous couvrir de beaucoup de terre lunaire », dit Wimmer-Schweingruber. Il estime que les astronautes restants sur la Lune pendant deux ou trois mois, auraient besoin d’un habitat recouvert d’une couche de 80 centimètres d’épaisseur de terre lunaire pour les protéger.
Cette recherche a été publiée dans Science Advances.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels

Les radiations sur la Lune sont plus élevées que dans l'ISSmartinEspace
Les astronautes sur la Lune seraient exposés à près de trois fois plus de radiations, que ceux à bord de la Station spatiale internationale, ce qui pourrait rendre les missions à long terme plus risquées que prévues. Des niveaux trois fois plus élevés 'Une fois que vous avez survécu à votre...