le-phytoplancton-peut-faire-la-photosynthèse-dans-obscurité
Le phytoplancton marin, peut se développer sous une épaisse glace de mer, dans une obscurité quasi totale, convertissant le peu de lumière qui existe en énergie, bien que l’on ne sache pas encore comment ces algues microscopiques, se sont adaptées pour croître dans ces conditions extrêmes.

Le phytoplancton peut se développer sous la glace

On pensait auparavant que le phytoplancton ne pouvait pas se développer dans l’Arctique, avant que la glace de mer ne commence à fondre, mais Achim Randelhoff, de l’université Laval au Canada, et ses collègues, ont découvert que ces algues marines microscopiques sont capables de faire la photosynthèse, et de se développer même en hiver – leur croissance atteignant son maximum en avril et mai.
En deux ans, l’équipe a déployé quatre flotteurs autonomes dans la baie de Baffin en Arctique, qui est couverte d’une épaisse glace de mer sept mois par an – pendant tout l’hiver arctique et jusqu’en juillet.
Ces flotteurs sont des dispositifs robotiques en forme de tige de 2,25 mètres, équipés de capteurs pour mesurer la température, la salinité de l’eau et la réflexion de la lumière, sur diverses particules, appelée rétrodiffusion. Ils se déplacent sous l’eau et peuvent détecter et esquiver la glace.
En mesurant la quantité de chlorophylle – un pigment vert essentiel à la photosynthèse – dans l’eau, et la quantité de particules rétrodiffusées, l’équipe a mesuré les fluctuations de la quantité de phytoplancton pendant l’hiver.
Ils ont découvert que le phytoplancton se développait lentement dans la pénombre, et que la vitesse à laquelle il s’accumulait atteignait son maximum plus de deux mois avant que la glace de mer arctique, ne commence à se retirer, lorsque la baie de Baffin était complètement recouverte d’une épaisse couche de glace.

Une petite quantité de photosynthèse se produisait

En se basant sur les mesures de la quantité de lumière à une profondeur et une zone données, et sur des recherches antérieures sur le comportement du phytoplancton en fonction des différents niveaux de lumière, les chercheurs ont découvert qu’une petite quantité de photosynthèse se produisait, à partir de février, lorsque la lumière du Soleil revenait dans la baie de Baffin.
La raison pour laquelle le phytoplancton marin de l’Arctique s’est adapté, pour se développer dans des conditions extrêmes n’est pas encore claire. « Cette très petite croissance pourrait permettre la survie du phytoplancton pendant l’hiver », explique Randelhoff.
Cette croissance sous la glace, pourrait également contribuer à la floraison printanière – une augmentation de la quantité de phytoplancton, qui commence au début du printemps et dure jusqu’au début de l’été, ajoute Randelhoff.
Cette recherche a été publiée dans Science Advances.
Source : New Scientist
Crédit Photo : Pixabay