certains-système-de-ventilation-propagent-le-covid-19(
Les systèmes de ventilation de nombreux immeubles de bureaux modernes, qui sont conçus pour maintenir des températures confortables et augmenter l’efficacité énergétique, peuvent augmenter le risque d’exposition au coronavirus, en particulier au cours de l’hiver à venir, selon une recherche.

La propagation du SARS-CoV-2

Une équipe de l’université de Cambridge a découvert que les systèmes de « ventilation mixte », très répandus, qui sont conçus pour maintenir des conditions uniformes dans toutes les parties de la pièce, dispersent les contaminants en suspension dans l’air, de manière uniforme dans tout l’espace. Ces contaminants peuvent inclure des gouttelettes et des aérosols, pouvant contenir des virus.
Ces recherches ont mis en évidence l’importance d’une bonne ventilation, et du port d’un masque pour maintenir la concentration de contaminants à un niveau minimum, et donc atténuer le risque de transmission du SARS-CoV-2.
« Alors que l’hiver approche dans l’hémisphère nord et que les gens commencent à passer plus de temps à l’intérieur, comprendre le rôle de la ventilation est essentiel pour estimer le risque de contracter ce virus, et aider à ralentir sa propagation », a déclaré le professeur Paul Linden qui a dirigé ces recherches.
L’équipe a montré que la circulation de l’air dans les pièces est complexe, et dépend de l’emplacement des évents, des fenêtres et des portes, ainsi que des flux convectifs générés par la chaleur émise par les personnes et les équipements dans un bâtiment. D’autres variables, telles que les personnes qui bougent ou parlent, l’ouverture ou la fermeture des portes, ou les changements des conditions extérieures, pour les bâtiments à ventilation naturelle, affectent ces flux et par conséquent le risque d’exposition à ce virus.

Nos bâtiments sont plus étanches 

Le changement climatique s’étant accéléré depuis le milieu du siècle dernier, les bâtiments ont été construits en tenant compte de l’efficacité énergétique. Parallèlement à l’amélioration des normes de construction, cela a conduit à des bâtiments plus étanches et plus confortables pour les occupants. Cependant, ces dernières années, la réduction des niveaux de pollution de l’air intérieur, est devenue la principale préoccupation des concepteurs de systèmes de ventilation.
« Ces deux préoccupations sont liées, mais différentes, et il existe une tension entre elles, qui a été mise en évidence pendant cette pandémie », a déclaré le Dr Rajesh Bhagat. « Maximiser la ventilation, tout en maintenant les températures à un niveau confortable, sans consommation excessive d’énergie est un équilibre difficile à trouver ».
Les chercheurs ont exploré une série de modes d’expiration différents : respiration nasale, parole et rire, chacun avec et sans masque. En imaginant la chaleur associée à la respiration expirée, ils ont pu voir comment elle se déplace dans l’espace dans chaque cas. Si la personne se déplaçait dans la pièce, la répartition de l’air expiré, était nettement différente, car elle était captée dans son sillage.
« Vous pouvez voir le changement de température et de densité lorsque quelqu’un expire de l’air chaud – cela réfracte la lumière et vous pouvez le mesurer », a déclaré Bhagat. « Lorsqu’ils sont assis sans bouger, les humains dégagent de la chaleur, et comme l’air chaud s’élève, lorsque vous expirez, le souffle s’élève et s’accumule près du plafond ». Leurs résultats montrent que le flux des pièces est turbulent et peut changer de manière spectaculaire, en fonction des mouvements des occupants, du type de ventilation, de l’ouverture et de la fermeture des portes.

C’est une source d’inquiétudes en hiver

Les chercheurs ont découvert que le rire, en particulier, crée une grande perturbation, ce qui suggère que si une personne infectée sans masque riait à l’intérieur, cela augmenterait considérablement le risque de transmission. « Garder les fenêtres ouvertes et porter un masque semble être le meilleur conseil », a déclaré M. Linden. « Il est clair que c’est moins un problème en été, mais c’est une source d’inquiétudes en hiver ».
Cette recherche a été publiée dans Journal of Fluid Mechanics.
Source : University of Cambridge
Crédit photo : StockPhotoSecrets