des-bébés-nés-par-césarienne-sont-nourris-avec-des-fèces
Certains bébés nés par césarienne en Finlande, reçoivent de minuscules doses de fèces de leur mère, pour tenter d’améliorer les bactéries de leur intestin. L’équipe qui mène cette étude a averti les femmes de ne pas copier l’idée par elles-mêmes, car il peut y avoir des microbes dangereux dans les fèces. Les médecins qui ont mené ces travaux ont testé ces microbes, excluant un tiers des mères de l’essai après ce dépistage.

Améliorer les bactéries des intestins

« Ce n’est pas quelque chose à faire soi-même à la maison », déclare Willem de Vos, de l’université d’Helsinki, en Finlande. « Il peut y avoir des agents pathogènes dans le microbiome de la mère ».
Au fur et à mesure que la connaissance des bactéries dans notre intestin s’est développée, on s’intéresse de plus en plus à essayer de changer les espèces présentes. Certaines études ont montré que les bébés nés par césarienne ont des bactéries intestinales différentes de celles nées par voie vaginale; peut-être parce qu’ils ne sont pas aussi exposés aux microbes de leur mère à la naissance. Il a été proposé que c’est la raison pour laquelle ces enfants présentent des taux légèrement plus élevés de maladies, telles que les allergies, l’asthme et l’obésité.
Certains groupes ont essayé d’imiter la naissance par voie vaginale, en essuyant la bouche des bébés nés par césarienne avec les sécrétions vaginales de leur mère. Bien que cela ait rendu leurs bactéries intestinales plus semblables à celles des bébés nés par voie vaginale, cela ne les a pas rendues identiques. Cela peut s’expliquer par le fait que ce sont les bactéries fécales de leur mère qui colonisent généralement l’intestin, car les femmes défèquent souvent pendant le travail, et les personnes qui ont accouché par le passé auraient généralement eu des bactéries fécales sur les mains, explique M. de Vos.

Un test avec 17 femmes

Son équipe a recruté 17 femmes qui avaient besoin d’une césarienne pour des raisons médicales. Trois semaines avant l’opération, elles ont chacune donné un échantillon de selles, qui a été testé pour une série de microbes nocifs avant d’être congelé. Dix femmes ont été exclues de cette étude, dont six parce que les échantillons contenaient des signes de microbes nocifs, comme des streptocoques du groupe B.
Pour les autres, quelques milligrammes de leurs fèces ont été mélangés à quelques gouttes de leur lait maternel et donnés aux bébés lors de leur première tétée. Après trois mois, les bactéries intestinales de ces nourrissons ressemblaient davantage à celles des bébés nés par voie vaginale, que de ceux qui n’avaient pas bénéficié de cette intervention, selon les données d’autres études. L’équipe mène actuellement un essai contrôlé par placebo avec quarante bébés.
Certains chercheurs affirment que l’administration de bactéries fécales comporte des risques. « Quelle que soit la qualité du dépistage des bactéries nocives, vous êtes limité dans ce que vous pouvez détecter », déclare Peter Brocklehurst de l’université de Birmingham au Royaume-Uni.
Des questions ont également été soulevées sur l’idée originale de cette intervention. Les bébés issus d’une césarienne peuvent avoir des bactéries intestinales différentes, non pas en raison de la façon dont ils sont nés, mais des raisons pour lesquelles la mère a eu besoin de cette intervention au départ, explique Kjersti Aagaard du Baylor College of Medicine à Houston, au Texas. « Nous semblons terriblement prêts à étiqueter les femmes, qui pratiquent des césariennes comme mettant leur bébé en danger, mais nous n’avons aucune preuve que c’est vrai ».

Le microbiome est le mécanisme n’a pas été prouvé

« Les gens ont sauté sur cette occasion pour dire que le microbiome est le mécanisme – c’est encore loin d’être prouvé », dit Brocklehurst. « Tant que ce n’est pas prouvé, pourquoi essayer de manipuler cela ? Vous pourriez faire plus de mal que de bien. »
Cette recherche a été publiée dans Cell.
Source : New Scientist
Crédit photo : PXhere

Des bébés nés par césarienne sont nourris avec des fècesmartinBiologie
Certains bébés nés par césarienne en Finlande, reçoivent de minuscules doses de fèces de leur mère, pour tenter d'améliorer les bactéries de leur intestin. L'équipe qui mène cette étude a averti les femmes de ne pas copier l'idée par elles-mêmes, car il peut y avoir des microbes dangereux dans...