le-vaccin-HPV-efficace-contre-le-cancer-du-col-de-utérus
Les femmes vaccinées contre le HPV, ont un risque nettement plus faible de développer un cancer du col de l’utérus, et l’effet positif est plus prononcé pour les femmes vaccinées à un jeune âge. C’est ce qui ressort d’une vaste étude réalisée par des chercheurs du Karolinska Institutet en Suède.

Le cancer du col de l’utérus

« C’est la première fois que nous sommes en mesure, au niveau d’une population, de montrer que la vaccination contre le VPH protège non seulement contre les modifications cellulaires qui peuvent être des précurseurs du cancer du col de l’utérus, mais aussi contre le cancer du col de l’utérus réellement invasif », déclare Jiayao Lei, chercheur au département d’épidémiologie médicale et auteur correspondant de cette étude. « C’est quelque chose que nous soupçonnons depuis longtemps, mais que nous sommes maintenant en mesure de montrer dans une vaste étude nationale, liant la vaccination contre le HPV et le développement du cancer du col de l’utérus au niveau individuel ».
Le HPV (human papillomavirus) est un groupe de virus qui provoque couramment des verrues génitales et différents types de cancer, dont le cancer du col de l’utérus, une maladie qui tue plus de 250 000 femmes par an dans le monde. Plus de 100 pays ont mis en place des programmes nationaux de vaccination contre le HPV, et la Suède, à partir d’août 2020, inclut également les garçons dans ce programme.
Des études antérieures ont montré que le vaccin contre le HPV protège contre l’infection par le HVP, les verrues génitales et les lésions précancéreuses du col de l’utérus qui pourraient évoluer vers un cancer du col de l’utérus. Toutefois, il n’existe pas de grandes études de population qui, au niveau individuel, aient étudié le lien entre le vaccin contre le HPV et le cancer du col de l’utérus dit invasif, qui est la forme la plus grave de cette maladie.

Une étude portant sur 1,7 million de femmes

Dans cette étude, les chercheurs ont suivi pendant 11 ans près de 1,7 million de femmes âgées de 10 à 30 ans. Parmi ces femmes, plus de 500 000 ont été vaccinées contre le HPV, la majorité avant l’âge de 17 ans. Dix-neuf femmes vaccinées ont reçu un diagnostic de cancer du col de l’utérus, contre 538 femmes non vaccinées, ce qui correspond respectivement à 47 et 94 femmes pour 100 000.
L’analyse des chercheurs montre que la vaccination contre le HPV était liée à une réduction significative du risque de cancer du col de l’utérus, et que les filles vaccinées avant l’âge de 17 ans ont réduit leur risque de cancer du col de l’utérus de 88 %. Les femmes vaccinées entre 17 et 30 ans ont réduit de moitié leur risque de cancer du col de l’utérus, par rapport aux femmes non vaccinées, selon cette étude.
« Les filles vaccinées à un jeune âge semblent être plus protégées, probablement parce qu’elles sont moins susceptibles d’avoir été exposées à une infection par le VPH, et étant donné que la vaccination contre le VPH n’a aucun effet thérapeutique contre une infection préexistante », déclare Pär Sparén, coauteur de cette étude.
Cette étude a été ajustée pour plusieurs covariables, qui peuvent influencer le résultat, notamment l’âge, la zone de résidence, l’année civile, le temps de suivi et les caractéristiques parentales, telles que l’éducation, le revenu, le pays de naissance et l’historique de cette maladie.

Une réduction significative du risque

« En conclusion, notre étude montre que la vaccination contre le HPV, peut réduire de manière significative le risque de cancer du col de l’utérus, surtout si elle est effectuée à un âge précoce », déclare Pär Sparén. « Nos données soutiennent fortement la poursuite de la vaccination anti-papillomavirus, des enfants et des adolescents dans le cadre de programmes nationaux de vaccination ».
Cette recherche a été publiée dans The New England Journal of Medicine.
Source : Karolinska Institutet
Crédit photo : Pexels

Le vaccin HPV efficace contre le cancer du col de l'utérusmartinBiologie
Les femmes vaccinées contre le HPV, ont un risque nettement plus faible de développer un cancer du col de l'utérus, et l'effet positif est plus prononcé pour les femmes vaccinées à un jeune âge. C'est ce qui ressort d'une vaste étude réalisée par des chercheurs du Karolinska Institutet en...