une-espèces-de-cafards-vivent-comme-des-fourmis
Les cafards peuvent faire équipe. Une espèce sud-américaine est la première blatte connue, à vivre dans des nids collectifs avec des ouvrières et une reine, comme les abeilles domestiques, ou les fourmis coupeuses de feuilles.

Des blattes vivent comme des fourmis

« Toutes les blattes sont solitaires », dit Peter Vršanský de l’Académie des sciences slovaque de Bratislava – c’est du moins ce que tout le monde pensait. « C’est incroyable. C’est comme découvrir des fourmis en groupe ».
Certains animaux, comme les abeilles, sont eusociaux : non seulement ils vivent en grands groupes et travaillent ensemble, pour s’occuper des jeunes, mais la plupart des individus, ne se reproduisent pas eux-mêmes. Par exemple, les abeilles ouvrières sont stériles, et seule la reine pond des œufs.
Vršanský’s et ses collègues ont passé 20 ans à chercher des spécimens vivants de la blatte Melyroidea magnifica, qui a à peine été vue depuis son identification, dans les forêts tropicales autour de la réserve naturelle du Rio Bigal en Équateur en 1912. Le conservationniste local Thierry Garcia, de la Fondation Sumac Muyu en Équateur, a finalement trouvé un nid en 2017.
Les blattes nichaient dans des bambous ou des arbres à bois dur par groupes de plusieurs centaines. Elles passent beaucoup de temps à l’intérieur des nids, ce qui explique pourquoi elles étaient si difficiles à trouver. « Il y a eu une semaine où pas un seul cafard n’était dehors », raconte Vršanský. Les blattes adultes avaient la tête rouge vif et l’abdomen vert. Il y avait aussi de minuscules larves noires.

L’équipe a trouvé un individu qui serait la reine

L’équipe a trouvé un individu qui était 1,25 fois plus grand que les autres, et qui avait des ailes blanches. Ils l’ont provisoirement identifié comme étant la reine, bien que Vršanský dise qu’ils ont besoin de plus de preuves pour en être sûrs. « Nous aurions besoin de prouver que c’est le seul individu qui pond des œufs », dit-il. Mais en deux mois d’observation, ils n’ont jamais vu les autres cafards pondre, ce qui laisse penser qu’ils sont des travailleurs stériles.
Cette découverte montre à quel point on en sait peu sur le comportement des cafards, explique M. Vršanský. « Nous ne savons presque rien ». Les cafards existent depuis bien avant l’époque des dinosaures. Elles appartiennent au même groupe que les termites, dont de nombreuses espèces sont eusociales, et Vršanský affirme que certaines blattes de l’ère des dinosaures, devaient être eusociales. Cependant, M. magnifica n’a développé l’eusocialité qu’après l’extinction des dinosaures.
L’équipe a également décrit deux nouvelles espèces de cafards, Melyroidea ecuadoriana et Aclavoidea socialis, provenant de la même région. Toutes deux vivent également en groupe, mais on ne sait pas si elles ont des ouvrières et des reines.
« Cet endroit semble être un point chaud », dit Vršanský. L’équipe a trouvé 200 espèces de blattes vivant dans une zone de moins de deux kilomètres carrés. « C’est comparable à toute l’Europe ou à tous les États-Unis. » L’organisation de Garcia a acheté une grande partie de la forêt afin de les protéger.
Cette recherche a été publiée dans The Science of Nature.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay