traiter-le-diabète-avec-des-chamos-électromagnétiques
Des chercheurs de l’université de l’Iowa, ont peut-être découvert un nouveau moyen sûr de gérer le taux de sucre dans le sang de manière non invasive. L’exposition de souris diabétiques à une combinaison de champs électriques et magnétiques statiques, pendant quelques heures par jour, normalise deux des principales caractéristiques du diabète de type 2, selon de nouvelles découvertes.

Des champs électromagnétiques

« Nous avons construit une télécommande pour gérer le diabète », explique Calvin Carter, docteur en médecine, l’un des principaux auteurs de cette étude. « L’exposition aux champs électromagnétiques (CEM) pendant des périodes relativement courtes, réduit le taux de sucre dans le sang et normalise la réponse du corps à l’insuline. Ces effets sont de longue durée, ce qui ouvre la possibilité d’une thérapie aux CEM, qui peut être appliquée pendant le sommeil pour gérer le diabète toute la journée ».
Cette découverte inattendue et surprenante, pourrait avoir des implications majeures dans le traitement du diabète, en particulier pour les patients qui trouvent les schémas thérapeutiques actuels lourds. Cette nouvelle étude indique que les CEM modifient l’équilibre des oxydants et des antioxydants dans le foie, améliorant ainsi la réponse de l’organisme à l’insuline. Cet effet est médiatisé par de petites molécules réactives, qui semblent fonctionner comme des « antennes magnétiques ».
Carter et Huang, travaillant avec Sheffield et l’expert en diabète de l’Université de l’Illinois Dale Abel, ont découvert que l’application combinée sans fil de champs magnétiques et électriques statiques modulait le taux de sucre dans le sang de trois modèles différents de souris atteintes de diabète de type 2. L’équipe a également montré que l’exposition à de tels champs, environ 100 fois plus que ceux de la Terre, pendant le sommeil, inversait la résistance à l’insuline dans les trois jours suivant ce traitement.
Les CEM sont partout ; les télécommunications, la navigation et les appareils mobiles les utilisent tous pour fonctionner. Les CEM sont également utilisés en médecine, dans les IRM et les EEG. Cependant, on sait très peu de choses sur la façon dont ils affectent la biologie. Dans leur quête d’indices pour comprendre les mécanismes sous-jacents aux effets biologiques des CEM sur la glycémie et la sensibilité à l’insuline, Carter et Huang, ont passé en revue la littérature des années 1970 sur la migration des oiseaux. Ils ont découvert que de nombreux animaux ressentent le champ électromagnétique de la Terre et l’utilisent pour s’orienter ainsi que pour la navigation.

Les CEM peuvent interagir avec des molécules spécifiques

« Cette littérature a mis en évidence un phénomène biologique quantique, par lequel les CEM peuvent interagir avec des molécules spécifiques. On pense que certaines molécules de notre corps agissent comme de minuscules antennes magnétiques, permettant une réponse biologique aux CEM », explique M. Carter. « Certaines de ces molécules sont des oxydants, qui sont étudiés en biologie redox, un domaine de recherche qui traite du comportement des électrons et des molécules réactives, qui régissent le métabolisme cellulaire ».
Leurs expériences suggèrent que les CEM modifient la signalisation des molécules de superoxyde, en particulier dans le foie, ce qui entraîne l’activation prolongée d’une réponse antioxydante, pour rééquilibrer le point de consigne redox de l’organisme et la réponse à l’insuline. « Lorsque nous retirons les molécules de superoxyde du foie, nous bloquons complètement l’effet des CEM sur la glycémie et sur la réponse à l’insuline. Ces preuves suggèrent que le superoxyde joue un rôle important dans ce processus », ajoute M. Carter.
En plus des études sur les souris, les chercheurs ont également traité des cellules hépatiques humaines avec des CEM pendant six heures, et ont montré qu’un marqueur de substitution pour la sensibilité à l’insuline s’est amélioré de manière significative, suggérant que les CEM pourraient également produire le même effet anti-diabétique chez les humains.

L’équipe travaille sur un modèle animal plus large

L’équipe travaille maintenant sur un modèle animal plus large pour voir si les CEM produisent des effets similaires chez un animal dont la taille et la physiologie sont plus proches de celles des humains. Ils prévoient également de mener des études pour comprendre le mécanisme d’oxydoréduction, qui sous-tend les effets des CEM. Leur but ultime est de passer à des essais cliniques avec des patients, afin de traduire cette technologie en une nouvelle classe de thérapies. Avec cet objectif en tête, Carter, Huang et Walter, le frère jumeau de Carter, ont créé une jeune entreprise appelée Geminii Health, avec l’aide du bureau du vice-président de la recherche de l’Université de l’Illinois.
« Notre rêve est de créer une nouvelle classe de médicaments non invasifs, qui prennent le contrôle des cellules à distance pour combattre cette maladie », déclare Carter.
Cette recherche a été publiée dans Cell Metabolism.
Source : University of Iowa
Crédit photo : StockPhotoSecrets

Traiter le diabète avec des champs électromagnétiquesmartinbiothechnologie
Des chercheurs de l'université de l'Iowa, ont peut-être découvert un nouveau moyen sûr de gérer le taux de sucre dans le sang de manière non invasive. L'exposition de souris diabétiques à une combinaison de champs électriques et magnétiques statiques, pendant quelques heures par jour, normalise deux des principales caractéristiques...