un-excès-de-B9-nuit-au-développement-du-cerveau
Une étude de l’Institut UC Davis MIND sur des souris enceintes, a révélé que des quantités élevées d’acide folique pendant la grossesse, nuisaient au développement cérébral des embryons. Les chercheurs affirment que ces résultats indiquentm qu’il est nécessaire d’approfondir les recherches sur le meilleur dosage recommandé pour les femmes enceintes.

Un effet Boucle d’or avec l’acide folique

« Nous pensons qu’il y a un effet Boucle d’or avec l’acide folique. Trop peu, ce n’est pas bon, trop, ce n’est pas bon ; il faut trouver la bonne dose », a déclaré Ralph Green, auteur correspondant de cette étude. Cette recherche, a porté sur des souris enceintes qui ont reçu soit une quantité normale d’acide folique, soit 10 fois la quantité recommandée, soit aucune. La progéniture des souris ayant reçu la plus grande quantité a présenté des changements cérébraux importants.
« Ce n’est pas subtil. C’est substantiel », a déclaré Konstantinos Zarbalis, professeur associé au département de pathologie, également auteur correspondant de cette recherche. « Cela fait une différence marquée dans la structure du cerveau si vous prenez de très grandes quantités d’acide folique. »
Paradoxalement, les changements dans le cerveau dus à une trop grande quantité d’acide folique, imitent ceux associés à une carence en acide folique. « Pour moi, c’était un constat encore plus important », a déclaré M. Zarbalis. Il a noté que chez l’homme, les recherches montrent qu’une mauvaise assimilation du folate dans le cerveau, peut provoquer une carence cérébrale en folate, un syndrome souvent associé au développement de l’autisme.

L’acide folique et la grossesse

La supplémentation en acide folique (la forme synthétique de la vitamine B9, ou folate), est largement recommandée pour les femmes en âge de procréer. Il a été démontré qu’elle réduit considérablement le risque d’anomalies du tube neural, telles que le spina-bifida, chez les enfants. Des recherches, y compris des études menées à l’Institut MIND, ont également montré que les vitamines prénatales qui comprennent de l’acide folique, ont un effet protecteur contre le développement de l’autisme et d’autres troubles.
M. Green a fait partie du groupe d’experts de l’Académie nationale des sciences et de l’Institut de médecine, qui a déterminé l’apport quotidien recommandé en acide folique (400 mcg) et la limite supérieure quotidienne maximale de sécurité (1000 mcg). Il a également fait partie du panel de la Food and Drug Administration (FDA), qui a recommandé l’ajout d’acide folique dans les aliments, ce qui a conduit à l’enrichissement de toutes les céréales et grains en acide folique prescrit par le gouvernement fédéral en 1998.
L’ajout d’acide folique au régime alimentaire était une bonne chose, et j’ai soutenu cette fortification, mais il existe une « meilleure quantité » d’acide folique, et certaines personnes peuvent en obtenir plus que la quantité optimale », a déclaré M. Green. On a généralement conseillé aux femmes qui ont donné naissance à un enfant atteint d’une anomalie du tube neural, ou qui souffrent de certaines affections comme l’épilepsie et qui prennent des anticonvulsivants, de prendre des doses beaucoup plus élevées d’acide folique.

Une découverte à prendre au sérieux

« Dans les modèles animaux, nous avons des indications que de très grandes quantités d’acide folique, peuvent être nocives pour le développement du cerveau du fœtus, et la communauté clinique devrait prendre cette indication au sérieux, pour soutenir la recherche dans ce domaine, afin de réévaluer la quantité d’acide folique qui est optimale pour les femmes enceintes », a déclaré M. Zarbalis.
Zarbalis et Green soupçonnent que le problème réside dans la façon dont l’acide folique, est métabolisé par le corps et ont l’intention d’étudier ce phénomène plus en profondeur.
Cette recherche a été publiée dans Cerebral Cortex.
Source : UC Davis
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

martinBiologie
Une étude de l'Institut UC Davis MIND sur des souris enceintes, a révélé que des quantités élevées d'acide folique pendant la grossesse, nuisaient au développement cérébral des embryons. Les chercheurs affirment que ces résultats indiquentm qu'il est nécessaire d'approfondir les recherches sur le meilleur dosage recommandé pour les femmes...