COVID-19-le-brouillard-mental-après-la-guérison-indiquerait-un-SSPT
Un nouveau rapport suggère que la persistance du « brouillard cérébral » et d’autres symptômes neurologiques, après le rétablissement du COVID -19 pourrait être due au syndrome de stress post-traumatique (SSPT), un effet observé lors de précédentes épidémies de coronavirus humains comme le SARSet le MERS.

Le COVID-19 et le SSPT

Les personnes qui ont récupéré du COVID-19 éprouvent parfois des difficultés persistantes de concentration, ainsi que de l’anxiété, de la fatigue ou des troubles du sommeil. Ces patients peuvent craindre que l’infection ait endommagé leur cerveau de façon permanente, mais les chercheurs affirment que ce n’est pas nécessairement le cas.
« L’idée est de sensibiliser les neuropsychologues, au fait que le syndrome de stress post-traumatique, est quelque chose que vous pourriez vouloir prendre en compte lors de l’évaluation des difficultés cognitives et émotionnelles persistantes, chez les survivants du COVID-19 », a déclaré le Dr Levine.
« Lorsque nous voyons quelqu’un pour des tests neuropsychologiques, nous nous attendons à ce qu’il soit à son meilleur niveau, relativement parlant », a déclaré Levine. « Si nous identifions une maladie psychiatrique lors de notre évaluation, et si nous pensons que les symptômes de cette maladie interfèrent avec leur capacité à donner le meilleur d’eux-mêmes, nous voudrions qu’elle soit traitée en premier, puis qu’elle soit testée à nouveau une fois qu’elle est sous contrôle ».
Si les symptômes sont dus, même partiellement, à une maladie psychiatrique telle que le SSPT, le traitement aidera à gérer ces symptômes, et fournira une vision plus claire de tout problème cérébral sous-jacent.
La neuropsychologue Kaseda, a commencé à se pencher sur cette question en se basant sur son expérience de travail, avec des patients souffrant de traumatismes cérébraux légers, tels que des commotions cérébrales. « Lorsque ces symptômes persistent pendant des mois ou des années après la blessure initiale, il est beaucoup plus probable qu’ils sont dus à la présence d’un trouble psychiatrique », a-t-elle déclaré.

Le SSPT peut apparaître en réponse aux mesures invasives

Un examen des données des épidémies de SARS et de MERS a montré que ces survivants présentaient un risque accru, de syndrome de stress post-traumatique. Dans le cas du COVID-19, les symptômes de SSPT peuvent apparaître en réponse aux mesures invasives nécessaires pour traiter les patients, notamment l’intubation et la ventilation, qui peuvent être traumatisantes pour les patients craintifs. D’autres fois, le délire provoque des hallucinations chez les patients atteints du COVID-19, et le souvenir de ces sensations terrifiantes continue de tourmenter le patient qui a guéri.
En plus des patients qui ont été hospitalisés, les prestataires de soins de santé de première ligne peuvent être affectés de la même manière, en raison du stress et de la peur constants auxquels ils sont confrontés durant leur travail. Et pour certaines personnes, l’anxiété de vivre une pandémie, d’être isolé de ses amis et de lutter contre la peur constante d’une menace invisible, peut porter un coup similaire aux capacités de réflexion et de mémoire.
Bien qu’un diagnostic de SSPT ne semble pas être une bonne nouvelle, il existe de nombreux traitements pour ce trouble, notamment la psychothérapie et les médicaments. En comparaison, les chercheurs s’efforcent toujours de comprendre les effets neurologiques directs du COVID-19. « Les options de traitement (pour COVID-19) sont encore assez loin, car la situation est encore en évolution », a déclaré M. Kaseda.

Un manque de données des survivants du COVID-19

« Nous ne savons encore rien des survivants du COVID-19 », a déclaré M. Kaseda. « Tant que nous n’aurons pas ces données, il est très difficile de dire quel sera le pourcentage réel de patients qui auront des troubles cognitifs, à cause des effets directs du virus, à cause d’une intervention médicale ou à cause de problèmes psychiatriques ».
Cette recherche a été publiée dans The Clinical Neuropsychologist.
Source : University of California – Los Angeles Health Sciences
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

COVID-19 : le "brouillard cérébral" après la guérison indiquerait un SSPTmartinBiologie
Un nouveau rapport suggère que la persistance du 'brouillard cérébral' et d'autres symptômes neurologiques, après le rétablissement du COVID -19 pourrait être due au syndrome de stress post-traumatique (SSPT), un effet observé lors de précédentes épidémies de coronavirus humains comme le SARSet le MERS. Le COVID-19 et le SSPT Les personnes...