un-échafaudage-en-hydrogel-répare-la-moelle-épinière
Les lésions de la moelle épinière, peuvent être dévastatrices car les nerfs endommagés ne se régénèrent pas d’eux-mêmes, ce qui entraîne souvent une déficience permanente. Des scientifiques ont étudié des méthodes pour encourager la repousse, mais jusqu’à présent, il n’existe pas de traitement qui rétablisse de manière fiable la fonction nerveuse.

Réparer la moelle épinière 

Maintenant, un groupe rapporte une nouvelle stratégie, qui permet de régénérer les cellules nerveuses, et de restaurer la fonction motrice chez les rats ayant subi des lésions de la moelle épinière. L’idée actuelle est que si les nerfs pouvaient être encouragés à repousser au-delà du site d’une lésion de la moelle épinière, une invalidité permanente pourrait être évitée, selon les chercheurs.
Une stratégie consiste à implanter des échafaudages de biomatériaux sur le site de la lésion, qui pourraient favoriser la croissance de nouveaux tissus. Cependant, ces échafaudages ne parviennent souvent pas à diriger la repousse des nerfs, au-delà du site de la blessure, car il est difficile de contrôler la direction de la croissance des nerfs, et des cicatrices peuvent se former autour de l’implant, bloquant ainsi les nerfs.
Sing Yian Chew et ses collègues ont donc entrepris de concevoir un nouveau type d’échafaudage, qui pourrait aider les cellules nerveuses à se régénérer et à retrouver leur fonction. Le groupe a combiné un hydrogel avec des nanofibres alignées pour créer un échafaudage avec une structure en 3D qui peut être implanté sur le site de la blessure.

La neurotrophine 3 favorise la croissance des nerfs

Ils ont également testé si l’ajout de neurotrophine 3, une protéine qui favorise la croissance des nerfs, à l’échafaudage serait utile. Après trois mois passés dans la moelle épinière de rats blessés, les échafaudages – en particulier ceux contenant de la neurotrophine 3 – ont réussi à favoriser la croissance des nerfs sans provoquer d’inflammation ni de cicatrice.
Les rats ayant reçu des échafaudages de neurotrophine 3 ont retrouvé plus de fonctions motrices, que ceux qui n’ont pas été traités. Les chercheurs affirment que ces résultats montrent que la conception de leur échafaudage pourrait un jour servir de guide pour les techniques de régénération nerveuse, visant à traiter les lésions de la moelle épinière chez l’homme.
Cette recherche a été publiée dans ACS Nano.
Source : American Chemical Society
Crédit photo : StockPhotoSecrets