un-python-a-essayé-de-manger-une-femme-endormie

Il était 2h30 du matin, quand Lea-Ann Mears s’est soudainement réveillée avec la sensation d’un python de 4 mètres de long, qui enfonçait ses dents dans son postérieur.

Un python tente de manger une femme

Mears savait que ce python était près de chez elle – en fait, la biologiste des reptiles Daniel Natusch, avait appelé la veille pour l’avertir de verrouiller ses portes et de fermer ses fenêtres. Natusch, basé à l’université Macquarie de Sydney, en Australie, avait suivi ce serpent – à qui ont avait implanté avec un dispositif de radiotélémétrie – pendant les cinq semaines précédentes, dans le cadre d’une étude visant à mieux comprendre l’utilisation du sol par les pythons.

« Ils pouvaient très facilement tuer et manger les enfants », dit Natusch. J’ai donc dit : « écoutez, ça n’arrivera jamais, mais fermez les portes et les fenêtres des enfants la nuit ». Mears avait un bambin et un enfant de 3 ans dans la maison.

Mears a bien verrouillé la chambre de ses enfants, mais elle n’a pas pris l’avertissement de Natusch trop au sérieux. En fait, comme le temps dans le nord du Queensland est inconfortablement chaud même la nuit, elle a laissé la porte d’entrée de sa maison ouverte, pour laisser entrer un courant d’air avant de se retirer pour la nuit.

Malheureusement pour elle, ce déménagement n’a pas facilité un sommeil confortable. Après l’attaque du serpent, elle a réussi à allumer la lumière. « Le serpent était toujours accroché à mon cul », dit-elle. « J’ai dû lui mettre la main dans la bouche et lui arracher les dents pour l’enlever. »

Il y avait du sang partout, de sa main dans la bouche du serpent comme de ses fesses. Mais avec une bonne prise sur le reptile, elle a couru vers sa cuisine, jetant le python à l’intérieur et verrouillant la porte. Natusch est arrivé rapidement et a surveillé la maison pendant que Mears se rendait à l’hôpital pour s’occuper de ce qui s’est avéré être des blessures mineures. Natusch a ensuite emmené ce serpent à 100 mètres de la route et l’a laissé se libérer le lendemain matin.

Un incident curieux

Dans un article publié récemment, Natusch et ses collègues notent que l’incident est curieux, car il soulève une question plus large, à savoir pourquoi un serpent de 5 kilos tenterait même de manger une femme de 64 kilos; qu’il ne pourrait jamais espérer avaler.

Il a trouvé d’autres exemples de ce genre d’incident dans des coupures de presse. Ses propres recherches ont révélé que certains types de pythons, essayaient d’ingérer des proies ayant une masse corporelle jusqu’à neuf fois supérieure à la leur. Dans trois de ces incidents, l’effort a fini par tuer le serpent, bien qu’on ne sache pas exactement pourquoi la mort est survenue.

Natusch soupçonne que les pythons ciblent des proies aussi grosses en partie à cause de la nature sévère de leur environnement. Les pythons peuvent supporter des mois, et même des années, sans manger, mais cela ne signifie pas qu’ils survivent. La nuit, dans l’obscurité, ce serpent particulier, peut avoir juste vu une patte exposée et sous-estimé la taille de sa proie.

Ils doivent prendre des risques

Ou alors, c’est peut-être simplement une question de désespoir. Le même serpent est revenu dix mois plus tard, en janvier 2015, et a essayé de manger un des ces chiens léopard Catahoula de 25 kilos. Il était en train d’étrangler ce chien lorsque Mears a libéré son animal. « Ma théorie est que la vie dans la brousse est sacrément dure », dit Natusch. « Ces serpents doivent prendre des risques. »

Cette recherche a été publiée dans Austral Ecology.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels