covid-19-réutiliser-trois-médicaments
Des chercheurs de l’université du Nouveau-Mexique, ont passé au peigne fin une « bibliothèque » de médicaments déjà approuvés, et pensent avoir identifié un médicament susceptible d’accélérer le rétablissement d’un patient atteint du SARS-CoV-2.

Un médicament accélère le rétablissement 

« L’essentiel est que nous pensons avoir trouvé un médicament qui est à égalité avec le remdesivir et qui est beaucoup moins cher », a déclaré Tudor Oprea, professeur de médecine. Le remdesivir est un médicament antiviral relativement nouveau, qui s’est avéré capable de raccourcir les séjours à l’hôpital, pour les personnes se remettant du nouveau coronavirus.
Dans un article Oprea et ses collègues, en partenariat avec une équipe du Centre des sciences de la santé de l’Université du Tennessee dirigée par le professeur Colleen Jonsson, ont rapporté qu’un ancien médicament antipaludéen appelé amodiaquine, était efficace pour éradiquer le virus dans des expériences en tube à essai.
Il s’agissait de l’un des trois candidats prometteurs identifiés dans le cadre d’un processus, qui consistait à étudier les caractéristiques moléculaires d’environ 4 000 médicaments approuvés pour l’usage humain par la FDA, et d’autres agences. Les chercheurs espéraient trouver des médicaments qui cibleraient les vulnérabilités connues du nouveau virus.

Il y en aurait deux autres qui seraient efficaces

Les deux autres médicaments – un antipsychotique appelé zuclophentixol et un médicament contre l’hypertension appelé nébivolol – ont également éliminé le virus lors des expériences, a déclaré Mme Oprea, qui a servi d’auteur correspondant sur ce nouveau document. Les chercheurs pensent que n’importe lequel de ces trois médicaments pourrait être combinée avec le remdesivir ou un médicament antiviral apparenté appelé favipiravir pour monter une attaque plus puissante contre le virus.
L’association de deux médicaments pourrait permettre d’administrer des doses plus faibles de chacun d’entre eux, ce qui réduirait la probabilité de réactions indésirables, a-t-il déclaré.s L’administration de deux médicaments réduit également la probabilité que le virus développe une mutation, le rendant immunisé contre ce traitement.
Mais de nombreux composés qui montrent une activité antivirale en laboratoire, n’ont pas le même effet sur les organismes vivants, note Mme Oprea. La prochaine étape consiste donc à monter des essais cliniques, pour voir si ces médicaments fonctionnent chez les patients atteints du COVID-19.

Trois anciens médicaments bien connus

L’amodiaquine, fabriquée pour la première fois en 1948, figure sur la liste des médicaments essentiels de l’Organisation mondiale de la santé. Elle présente un bon profil de sécurité et est largement utilisée en Afrique pour traiter la malaria. Le zuclophentixol est utilisé pour traiter la schizophrénie depuis les années 1970, tandis que le nébivolol est utilisé pour l’hypertension depuis la fin des années 1990, note les chercheurs.
Cette recherche a été publiée dans ACS Pharmacology & Translational Science.
Source : University of New Mexico Health Sciences Center
Crédit photo sur Unsplash : Kendal

COVID-19 : réutiliser trois médicamentsmartinBiologie
Des chercheurs de l'université du Nouveau-Mexique, ont passé au peigne fin une 'bibliothèque' de médicaments déjà approuvés, et pensent avoir identifié un médicament susceptible d'accélérer le rétablissement d'un patient atteint du SARS-CoV-2. Un médicament accélère le rétablissement  'L'essentiel est que nous pensons avoir trouvé un médicament qui est à égalité avec...