un-gros-bébé-risque-avoir-un-trouble-caridaque-à-âge-adulte
Un poids élevé à la naissance, est lié au développement de la fibrillation auriculaire plus tard dans la vie, selon une recherche présentée au 31e Congrès international de cardiologie de Great Wall (GW-ICC).

Le risque de fibrillation auriculaire

L’auteur de cette étude, le Dr Songzan Chen a déclaré « nos résultats suggèrent que le risque de fibrillation auriculaire à l’âge adulte, peut être plus élevé chez les gros nouveau-nés (plus de 4 000 grammes), que chez ceux ayant un poids normal à la naissance. La prévention d’un poids élevé à la naissance pourrait être une nouvelle façon d’éviter la fibrillation auriculaire chez les enfants – par exemple avec une alimentation équilibrée, et des contrôles réguliers pendant la grossesse, en particulier pour les femmes en surpoids, obèses ou diabétiques ».
La fibrillation auriculaire est le trouble du rythme cardiaque le plus courant, affectant plus de 40 millions de personnes dans le monde. La relation entre le poids à la naissance et la fibrillation auriculaire est controversée. Cette étude a examiné l’effet causal du poids à la naissance sur le risque de fibrillation auriculaire au cours de la vie.
Les chercheurs ont mené un essai contrôlé randomisé – une technique appelée randomisation mendélienne. Tout d’abord, ils ont utilisé les données de 321 223 individus dans une étude d’association pangénomique (GWAS) pour identifier 132 variantes génétiques associées au poids à la naissance. Ensuite, ils ont identifié lesquelles de ces variantes jouent un rôle dans la fibrillation auriculaire, en utilisant les données de 537 409 participants du Consortium de la fibrillation auriculaire (dont 55 114 avaient une fibrillation auriculaire et 482 295 n’en avaient pas).
Pour mener cet essai contrôlé à répartition aléatoire naturelle, les 132 variantes génétiques ont été attribuées de manière aléatoire aux 537 409 participants au moment de la conception, donnant à chaque individu un poids de la naissance en grammes. Les chercheurs ont ensuite analysé l’association entre le poids à la naissance et la fibrillation auriculaire.

30 % plus de chances de développer un trouble du rythme cardiaque

Un poids de naissance élevé était associé à un risque accru de fibrillation auriculaire plus tard dans la vie. Plus précisément, les participants dont le poids à la naissance était supérieur de 482 grammes, avaient 30 % plus de chances de développer un trouble du rythme cardiaque.
Le Dr Chen a déclaré : « l’un des principaux points forts de notre étude est la méthodologie, qui nous permet de conclure qu’il peut y avoir une relation de cause à effet, entre un poids élevé à la naissance et la fibrillation auriculaire. Cependant, nous ne pouvons pas exclure la possibilité que la taille et le poids des adultes puissent être les raisons de ce lien. Le poids à la naissance est un prédicteur fiable de la taille adulte, et les personnes de grande taille sont plus susceptibles de développer une fibrillation auriculaire. Des recherches antérieures ont montré que le lien entre le poids à la naissance, et la fibrillation auriculaire était plus faible lorsque le poids à l’âge adulte était pris en compte « .

Des preuves génétiques

« Cette étude fournit des preuves génétiques de l’association entre un poids élevé à la naissance, et le risque accru de fibrillation auriculaire. Cette recherche nous permet de constater que la réduction du nombre de nouveau-nés présentant un poids élevé à la naissance, est probablement considérée comme une prévention possible pour alléger les problèmes de la fibrillation auriculaire. »
« Par conséquent, les femmes enceintes devraient accorder plus d’attention au contrôle de leur alimentation et à des examens réguliers, en particulier pour celles qui souffrent d’obésité ou de diabète. Il est tout aussi important que les personnes ayant un poids élevé à la naissance soient conscientes de la nécessité de réduire les autres facteurs de risque pour prévenir la fibrillation auriculaire », conclut le professeur Guosheng Fu.
Source : European Society of Cardiology
Crédit photo : Pexels