un-composé-stimule-les-cellules-musculaires-chez-la-souris
Les chercheurs de l’UCLA ont identifié un composé, qui peut reproduire l’effet de l’exercice dans les cellules musculaires des souris. Normalement, les muscles deviennent plus forts au fur et à mesure de leur utilisation, grâce à une série de signaux chimiques à l’intérieur des cellules musculaires.

Stimuler les muscles via un composé

Ce composé nouvellement identifié, active ces signaux, ce qui suggère que des composés comme celui-ci pourraient éventuellement être utilisés, pour traiter les personnes atteintes de la dystrophie musculaire des ceintures, une forme de dystrophie musculaire qui apparait chez les adolescents.
Les personnes atteintes de la dystrophie musculaire des ceintures ont un défaut génétique qui interfère avec ce messager chimique, rendant leurs muscles incapables de répondre à l’exercice. Aucune quantité d’exercice ne peut déclencher ce signal de renforcement de leurs muscles. Comme les muscles ne reçoivent jamais ce message, ils se flétrissent progressivement et les personnes atteintes de cette maladie se retrouvent en fauteuil roulant, presque complètement paralysées.
Le défaut génétique responsable de la dystrophie musculaire des ceintures provoque une pénurie d’une enzyme dans les cellules musculaires, appelée CaMK. La CaMK est responsable du déclenchement d’une chaîne de signaux chimiques, qui activent les gènes pour stimuler la capacité de la cellule à se développer et à métaboliser les graisses, qui sont utilisées comme source d’énergie.

Ils ont criblé plus de 2 000 composés

Pour trouver un médicament qui pourrait aider à restaurer les signaux liés à la CaMK, Spencer et ses collègues ont travaillé avec Robert Damoiseaux, directeur du Molecular Shared Screening Resource de l’UCLA, pour cribler plus de 2 000 composés, afin de voir lesquels fonctionnaient dans les cellules musculaires cultivées en laboratoire. Jusqu’à présent, ils ont testé 14 candidats prometteurs chez des souris, qui présentaient un défaut génétique comparable à celui qui provoque la dystrophie musculaire des ceintures chez l’homme.
Les tests ont permis d’identifier un composé chimique appelé AMBMP, qui permet aux muscles des souris de travailler et de se développer comme le font les cellules musculaires saines. « Lorsque nous avons donné ce médicament à des souris, nous avons découvert qu’il activait la CaMK et restaurait toutes les propriétés que nous avions observées comme étant défectueuses dans notre modèle de maladie », a déclaré M. Spencer.
Vargehese John, professeur de neurologie à l’UCLA, Irina Kramerova, chercheuse associée, et Jesus Campagna, collaborateur de recherche, coauteurs de cette nouvelle étude, produisent déjà de nouveaux composés similaires à l’AMBMP. Spencer et Kramerova testeront ces composés sur des souris afin de déterminer le meilleur médicament candidat pour passer aux essais cliniques.

Un traitement pour les personnes atteintes de cette maladie

Si l’un de ces composés est efficace dans les muscles humains, ce serait une étape importante pour traiter les personnes atteintes de dystrophie musculaire des ceintures, ainsi que les personnes dont les muscles se sont atrophiés pour d’autres raisons – parce qu’elles ont été alitées pendant de longues périodes ou à cause d’une blessure.
Cette recherche a été publiée dans Cell Reports Medicine.
Source : UCLA
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

Un composé stimule les cellules musculaires chez la sourismartinbiothechnologie
Les chercheurs de l'UCLA ont identifié un composé, qui peut reproduire l'effet de l'exercice dans les cellules musculaires des souris. Normalement, les muscles deviennent plus forts au fur et à mesure de leur utilisation, grâce à une série de signaux chimiques à l'intérieur des cellules musculaires. Stimuler les muscles via...