grâce-à-des-nanofibres-les-masques-sont-efficaces-à-99-%
Les masques en tissu que beaucoup portent de nos jours, offrent une certaine protection contre le COVID-19. Toutefois, ils sont généralement beaucoup moins efficaces que les masques professionnels N95 utilisés par les professionnels de la santé.

Des masques plus efficaces

Mais cela pourrait bientôt changer. Récemment, des étudiants de la faculté d’ingénierie de l’Université de Byblos ont fait équipe avec la Fondation Nanos pour développer une membrane en nanofibre qui peut être prise en sandwich entre les pièces de tissu d’un masque fait maison.
Alors que le masque en tissu ordinaire peut bloquer moins de 50 % des particules virales, la membrane – qui peut être fabriquée à l’aide de matériaux simples et peu coûteux – sera capable de bloquer de 90 à 99 % des particules, ce qui augmentera l’efficacité tout en préservant la respirabilité.
Ces membranes sont fabriquées par un procédé appelé « électrofilage », qui consiste à dissoudre un plastique en polymère, dans une solution, puis à utiliser un courant électrique pour déplacer une gouttelette de polymère vers le bas à travers une aiguille. Lorsque la gouttelette accélère, elle s’étire en une très petite fibre qui conserve une charge statique.
« Ces nanofibres atterrissent au hasard sur un collecteur pour créer une sorte de maille non tissée », explique Katie Varela, ingénieure en mécanique de la BYU, et membre de l’équipe du projet.

Les particules sont attirées par l’électricité statique

La charge restante dans les fibres est bénéfique, explique-t-elle, car les particules de virus ont également une charge statique. « Lorsqu’elles s’approchent de votre masque, elles sont attirées par l’électricité statique et ne peuvent pas le traverser, ce qui vous empêche d’inhaler des virus ».
Outre l’amélioration spectaculaire de l’efficacité, un autre avantage-clé des masques en nanofibres est que, contrairement aux masques N95 traditionnels qui ont la réputation d’être chauds et étouffants, ces masques permettent la circulation d’air filtré, d’eau et de chaleur.
Le groupe prévoit de rendre les instructions pour la création des membranes « open source ». Il espère que les organisations à but non lucratif utiliseront ces instructions, pour approvisionner des sites locaux où les gens pourront apporter leurs masques, pour les équiper de cette membrane. Ils espèrent également que d’autres ingénieurs utiliseront leur travail comme un tremplin pour produire des filtres plus efficaces.
L’équipe nous explique comment elle fabrique ces nanofibres, dans la vidéo ci-dessous.

Source : Brigham Young University
Crédit photo : Pexels