les-maladies-des-gencives-peuvent-influencer-plusieurs-maladies
Une nouvelle étude prétend avoir découvert le chaînon manquant, expliquant comment les maladies des gencives sont associées au diabète, aux maladies cardiovasculaires et même à la maladie d’Alzheimer. Cette recherche démontre comment la parodontite peut déclencher une réponse immunitaire systémique qui répand des cellules inflammatoires hyperactives, dans tout le corps.

La maladie des gencives

Les chercheurs se sont attelés à explorer l’activité d’un type de cellule immunitaire connu sous le nom de neutrophiles. Ces cellules immunitaires de première ligne, sont produites lorsque le corps détecte une infection ou un traumatisme. Et dans le cas des maladies des gencives, les neutrophiles sont un élément-clé de la réponse immunitaire naturelle de l’organisme.
En utilisant initialement un modèle murin de la parodontite, les chercheurs ont découvert qu’une infection buccale aiguë entraîne rapidement une production accrue des neutrophiles, et pas seulement dans la bouche. Ce modèle animal a révélé qu’une activité accrue des neutrophiles était détectée dans la circulation sanguine et le côlon, ainsi que dans la bouche. Des taux élevés de neutrophiles ont également été observés dans la moelle osseuse de ces animaux, ce qui suggère que l’infection buccale pourrait déclencher une production systémique plus importante de ces cellules immunitaires.
Michael Glogauer, auteur principal de cette nouvelle étude, explique que ces taux élevés de neutrophiles circulent ensuite dans tout le corps, prêts à attaquer toute infection secondaire. Et ce mécanisme pourrait déclencher, ou du moins exacerber, d’autres conditions inflammatoires. « C’est presque comme si ces globules blancs étaient en deuxième vitesse, alors qu’ils devraient être en première vitesse », explique M. Glogauer. « Les [neutrophiles] sont beaucoup plus susceptibles de libérer des cytokines beaucoup plus rapidement, ce qui entraîne des résultats négatifs ».

Vérifier l’activité accrue des neutrophiles chez l’homme

La deuxième partie de cette étude a cherché à vérifier ce type d’activité accrue des neutrophiles chez l’homme. Une petite cohorte de volontaires a été recrutée et on lui a demandé d’arrêter de se brosser les dents, pendant trois semaines afin de stimuler la gingivite, ou inflammation des gencives. Au bout de trois semaines, les chercheurs ont confirmé, par divers tests, une augmentation de l’activité systémique des neutrophiles. Ces marqueurs immunitaires anormaux ont disparu deux semaines après que les sujets aient repris leurs comportements habituels d’hygiène bucco-dentaire.
« Nous pensons que c’est le mécanisme par lequel l’hygiène buccale peut avoir un impact, sur la vulnérabilité à des problèmes de santé secondaires non liés », déclare l’auteur principal Noah Fine. « L’amorçage des neutrophiles dans tout le corps peut relier ces conditions apparemment distinctes ».
Il est intéressant de noter que les chercheurs suggèrent que cette découverte pourrait aider à expliquer pourquoi certaines études récentes ont cité des liens entre les complications du COVID-19 et une mauvaise santé bucco-dentaire. L’activité hyperactive du système immunitaire, appelée « tempête de cytokines », a été mise en cause dans des cas graves du COVID-19 ayant entraîné la mort. Glogauer émet l’hypothèse que les maladies des gencives amplifiant l’activité des neutrophiles, pourraient jouer un rôle dans l’augmentation du risque du COVID-19 grave chez une personne.

Les maladies parodontales et le COVID-19

« Il existe des preuves que les patients souffrant des maladies parodontales, peuvent être beaucoup plus susceptibles d’avoir des résultats négatifs avec le COVID-19 », dit Glogauer. « Les neutrophiles sont les cellules qui risquent le plus de provoquer des tempêtes de cytokines. »
Cette recherche a été publiée dans The Journal of Dental Research .
Source : University of Toronto
Crédit photo : Pexels

Les maladies de gencives peuvent influencer plusieurs maladiesmartinBiologie
Une nouvelle étude prétend avoir découvert le chaînon manquant, expliquant comment les maladies des gencives sont associées au diabète, aux maladies cardiovasculaires et même à la maladie d'Alzheimer. Cette recherche démontre comment la parodontite peut déclencher une réponse immunitaire systémique qui répand des cellules inflammatoires hyperactives, dans tout le...