un-traitement-du-cancer-sans-effets-secondaire
Le traitement du cancer sans effets secondaires débilitants, est depuis longtemps le Saint-Graal des oncologues. Des chercheurs de l’Université de Californie, d’Irvine et du Centre hospitalier universitaire de Lausanne/Université de Luassanne (CHUV/UNIL) en Suisse l’ont peut-être trouvé.

Traiter le cancer par la radiothérapie FLASH

Charles Limoli, professeur de radio-oncologie à l’UCI, et Marie-Catherine Vozenin, professeur associé de radio-oncologie au CHUV/UNIL, ont utilisé un débit de dose ultra élevé de radiothérapie, pour éliminer les tumeurs cérébrales chez les souris, en contournant les principaux effets secondaires habituellement causés par l’irradiation crânienne.
La radiothérapie traditionnelle expose une tumeur et les tissus normaux voisins, à des radiations pendant plusieurs minutes à la fois, mais la radiothérapie FLASH (FLASH-RT) permet d’administrer la même dose en seulement quelques dixièmes de secondes. Cette rapidité permet d’éliminer de nombreuses toxicités qui accablent normalement les survivants du cancer, longtemps après les traitements par radiations, ce qui réduit considérablement les effets secondaires tels que l’inflammation et les troubles cognitifs.
Comme pour la radiothérapie traditionnelle, les chercheurs ont fractionné la dose – en divisant le total sur plusieurs séances. En utilisant FLASH-RT, ils ont constaté que la même dose totale, de rayonnement délivrée à des débits de dose plus rapides, éliminait les tumeurs cérébrales tout aussi efficacement que la méthode traditionnelle.
« C’est très important, car le fractionnement est la norme en clinique et le moyen le plus simple de transférer FLASH-RT au niveau clinique », a déclaré le chercheur principal Vozenin, professeur adjoint à l’UCI.

Cette technologie fonctionne pour plusieurs cancers

Bien que ces travaux se soient concentrés sur le cerveau, FLASH-RT a également été utilisé pour traiter les cancers du poumon, de la peau et de l’intestin, tout en prévenant de nombreuses complications induites par les radiations. Ces études supplémentaires ont été menées avec succès sur plusieurs types d’animaux, notamment des poissons, des souris, des porcs, des chats et un sujet humain.
« Il semble que ce traitement sera universellement bénéfique pour la plupart des types de cancer », a déclaré M. Limoli.
Maintenant que les chercheurs ont vérifié que cette méthode fonctionne, des groupes du monde entier mettent au point des machines qui permettraient de mettre la technologie FLASH à la disposition des cliniques. Un appareil est en attente d’approbation aux États-Unis et en Europe, et Vozenin prévoit de l’utiliser dans deux essais cliniques au début de l’année prochaine.

Une option qui se généralisera

Pendant ce temps, elle et Limoli étudient les mécanismes des effets bénéfiques de FLASH-RT afin de mieux comprendre le fonctionnement de cette technologie. Limoli a déclaré : « au cours des 30 ou 40 dernières années, je dirais qu’il n’y a rien eu d’aussi passionnant que cela, dans le domaine des sciences des rayonnements. Il n’est pas déraisonnable de penser que dans 10 ans, cette option pourrait se généraliser pour les patients sous radiothérapie dans le monde entier », a déclaré M. Limoli.
Cette recherche a été publiée dans Clinical Cancer Research.
Source : University of California – Irvine
Crédit photo : StockPhotoSecrets

Un traitement du cancer sans effets secondairesmartinTechnologie
Le traitement du cancer sans effets secondaires débilitants, est depuis longtemps le Saint-Graal des oncologues. Des chercheurs de l'Université de Californie, d'Irvine et du Centre hospitalier universitaire de Lausanne/Université de Luassanne (CHUV/UNIL) en Suisse l'ont peut-être trouvé. Traiter le cancer par la radiothérapie FLASH Charles Limoli, professeur de radio-oncologie à l'UCI,...