un-réchauffement-de-2-C-produirait-des-tonnes-de-carbone
Selon de nouvelles recherches, un réchauffement climatique de 2°C entraînerait la libération d’environ 230 milliards de tonnes de carbone dans le sol mondial.

Une libération de 230 milliards de tonnes de carbone

Les sols de la planète contiennent deux à trois fois plus de carbone que l’atmosphère, et des températures plus élevées accélèrent la décomposition, réduisant ainsi le temps que le carbone passe dans le sol – connu sous le nom de « soil carbon turnover ».
Cette nouvelle étude internationale, menée par l’université d’Exeter, révèle la sensibilité du renouvellement du carbone dans le sol au réchauffement climatique, et réduit de moitié l’incertitude à ce sujet dans les futures projections du changement climatique.
On estime que les 230 milliards de tonnes de carbone libérées lors d’un réchauffement de 2 °C (au-dessus des niveaux préindustriels) représentent plus de quatre fois les émissions totales de la Chine et plus du double des émissions des États-Unis au cours des 100 dernières années.
« Notre étude exclut les projections les plus extrêmes, mais suggère néanmoins des pertes substantielles de carbone dans le sol, dues au changement climatique pour un réchauffement de seulement 2°C, et cela n’inclut même pas les pertes de carbone dans le permafrost plus profond », a déclaré le coauteur, le Dr Sarah Chadburn, de l’Université d’Exeter.

Une « rétroaction positive »

Cet effet est ce qu’on appelle une « rétroaction positive » – lorsque le changement climatique provoque des effets d’entraînement qui contribuent à aggraver le changement climatique. Cette réaction du carbone du sol au changement climatique est la plus grande zone d’incertitude dans la compréhension du cycle du carbone dans les projections du changement climatique.
Pour y remédier, les chercheurs ont utilisé une nouvelle combinaison de données d’observation et de modèles du système terrestre, qui simulent le climat et le cycle du carbone et permettent ensuite de faire des prévisions sur le changement climatique.
« Nous avons étudié la relation entre le carbone du sol et la température en différents endroits de la Terre, afin de déterminer sa sensibilité au réchauffement climatique », a déclaré l’auteur principal, Rebecca Varney, de l’université d’Exeter.
Ces modèles suggèrent une incertitude d’environ 120 milliards de tonnes de carbone pour un réchauffement moyen de la planète de 2°C. Cette étude réduit cette incertitude à environ 50 milliards de tonnes de carbone.

Atteindre les objectifs de l’accord de Paris

Le coauteur, le professeur Peter Cox, du Global Systems Institute d’Exeter, a déclaré : « nous avons réduit l’incertitude de cette réponse au changement climatique, ce qui est essentiel pour calculer un budget du carbone mondial précis, et atteindre avec succès les objectifs de l’accord de Paris« .
Cette recherche a été publiée dans Nature Communications.
Source : University of Exeter
Crédit photo : Pexels