le-cérumen-peut-mesurer-hormone-du-stress
De nouvelles recherches, pourraient indiquer de nouvelles façons de surveiller la dépression et les conditions liées au stress. Un nouveau dispositif peut être utilisé à domicile sans surveillance clinique, ce qui facilite les examens médicaux, tout en maintenant la distance sociale due au COVID-19, et pourrait également permettre de mesurer le glucose ou les anticorps du COVID-19 qui s’accumulent dans le cérumen.

Mesurer le cortisol

Selon le Dr Andres Herane-Vives, : « le prélèvement de cortisol est notoirement difficile, car les niveaux de l’hormone peuvent fluctuer, de sorte qu’un échantillon peut ne pas être un reflet exact des niveaux chroniques de cortisol d’une personne. De plus, les méthodes d’échantillonnage elles-mêmes peuvent induire un stress et influencer les résultats.
« Mais les niveaux de cortisol dans le cérumen semblent être plus stables, et avec notre nouveau dispositif, il est facile de prélever un échantillon et de le faire tester rapidement, à moindre coût et efficacement ».
Le cortisol a été considéré comme un biomarqueur biologique objectif de la dépression, mais les chercheurs ont été confrontés à des difficultés pour mesurer précisément les niveaux de cortisol. La technique la plus courante est celle des échantillons des cheveux, mais ceux-ci sont plus sujets aux fluctuations à court terme du cortisol, et tout le monde n’a pas assez de cheveux pour un échantillon fiable.
Pour mettre au point ce nouveau dispositif, le Dr Herane-Vives s’est inspiré d’une autre cire naturelle, celle des rayons de miel des abeilles, car elle est connue pour être bien conservée et résistante à la contamination bactérienne. Le cérumen a des propriétés similaires, ce qui le rend bien adapté aux prélèvements à domicile, car les échantillons peuvent être envoyés à un laboratoire par la poste sans aucun risque de contamination.
Ce nouveau dispositif d’auto-échantillonnage du cérumen est similaire à un coton-tige, mais avec un frein qui empêche le coton-tige d’aller trop loin dans l’oreille et de causer des dommages. L’embout est recouvert d’une éponge de matière organique, avec une solution qui a été testée pour être la plus efficace et la plus fiable pour le prélèvement d’échantillons.

Ils ont testé leur technique de prélèvement

Dans leur étude pilote, le Dr Herane-Vives et une équipe de chercheurs du Royaume-Uni, du Chili et de l’Allemagne ont fait venir 37 participants pour tester différentes techniques de prélèvement de cortisol. L’équipe de recherche a prélevé le cérumen des participants à l’aide d’une seringue, qui est connue pour être quelque peu douloureuse, puis a effectué un suivi un mois plus tard en utilisant le même prélèvement dans une oreille et la nouvelle technique de prélèvement dans l’autre oreille, que les participants pouvaient s’administrer eux-mêmes. Les chercheurs ont également analysé des échantillons de cheveux et de sang de ces participants.
Les chercheurs ont découvert que les échantillons de cérumen donnaient plus de cortisol que les échantillons de cheveux, et que cette nouvelle technique était la méthode la plus rapide et potentiellement la moins chère. Cette nouvelle technique a été la moins influencée par des facteurs de confusion, notamment les événements stressants ou la consommation d’alcool. contribuant aux fluctuations de cortisol au cours du mois précédent. Dans une autre étude, les participants ont estimé que ce nouveau dispositif d’auto-échantillonnage était plus confortable que les méthodes traditionnelles.
Le Dr Herane-Vives est en train de créer l’entreprise, « Trears*, pour commercialiser son dispositif de prélèvement de cérumen, avec le soutien de l’incubateur de démarrage du couvoir de l’UCL. Avec son équipe, il cherche également à savoir si ce dispositif peut être utile pour neutraliser les niveaux de glucose dans les échantillons de cérumen, pour la surveillance du diabète, et peut-être même les anticorps du COVID-19.

Pour de nombreuses affections

Le Dr Herane-Vives a déclaré : « après cette étude pilote réussie, si notre dispositif résiste à un examen plus approfondi dans le cadre d’essais plus importants, nous espérons transformer les diagnostics et les soins pour des millions de personnes souffrant de dépression ou de maladies liées au cortisol, comme la maladie d’Addison et le syndrome de Cushing, et potentiellement de nombreuses autres affections ».
Cette recherche a été publiée dans Heliyon.
Source : University College London
Crédit photo : StockPhotoSecrets

Le cérumen peut mesurer l'hormone du stressmartinbiothechnologie
De nouvelles recherches, pourraient indiquer de nouvelles façons de surveiller la dépression et les conditions liées au stress. Un nouveau dispositif peut être utilisé à domicile sans surveillance clinique, ce qui facilite les examens médicaux, tout en maintenant la distance sociale due au COVID-19, et pourrait également permettre de...