europe-a-été-au-centre-de-la-propagatiom-du-COVID-19
Le groupe de recherche en archéogénétique de l’université de Huddersfield a cartographié la dispersion du SARS-CoV-2, qui est responsable de l’actuelle pandémie mondiale de COVID-19, plaçant l’Europe au centre de la scène en tant que principale source de propagation.

La propagation viendrait de l’Europe 

Les conclusions de ce groupe, confirment que ce virus est originaire de Chine et a très probablement été transmis à l’homme par des chauves-souris fer à cheval. Mais que c’est l’Europe, et non la Chine, qui a été la principale source de propagation de cette maladie dans le monde.
Ces recherches suggèrent également que les restrictions de voyage à travers la Grande-Bretagne et l’Europe, semblent avoir été trop peu et trop tard et que la véritable propagation du virus en Amérique et dans d’autres parties du monde, s’est faite en grande partie via l’Europe, et non directement depuis la Chine.
Cette étude s’est concentrée sur 27 000 génomes de coronavirus, échantillonnés dans le monde entier. Les chercheurs travaillent généralement sur le suivi des anciennes migrations humaines, en utilisant l’ADN mitochondrial, et ils ont capitalisé sur le fait que le génome de ce virus est similaire à des égards cruciaux.
Pourtant, la taille gigantesque de la base de données, même en mai dernier lorsque cette étude a débuté, en fait l’une des plus grandes analyses de ce type jamais entreprises.
Les analyses intensives de ces données ont été effectuées par le Dr Teresa Rito, généticienne clinique, et le Dr Pedro Soares, généticien évolutionniste. Tous deux sont basés à l’université du Minho, au Portugal, et ont travaillé en étroite collaboration avec le professeur Martin Richards de l’université de Huddersfield et le Dr Maria Pala, dans le cadre du groupe de recherche en archéogénétique, à de nombreuses reprises.

Comprendre la propagation pour améliorer les politiques

Ils ont fait appel aux connaissances et à l’expertise de leurs collègues du Royaume-Uni pour les aider à donner un sens à ces données et à publier leurs conclusions en un temps record.
Le professeur Richards a expliqué qu’il existe un énorme effort mondial en cours pour comprendre la propagation du coronavirus, et que les chercheurs essaient de mettre leurs travaux à la disposition du public le plus rapidement possible.
Alors que le monde continue à être confronté à un agent pathogène qui se propage rapidement, le Dr Pala pense qu’une meilleure compréhension du virus permettra de mieux informer et d’améliorer les politiques conçues pour contrôler sa propagation. « Avec des milliers de vies toujours en danger », a ajouté le Dr Pala, « le besoin de recherche scientifique est maintenant plus crucial que jamais ».
Cette recherche a été publiée dans Microorganisms.
Source : University of Huddersfield
Crédit photo : Pixabay

L'Europe a été au centre de la propagation du COVID-19martinSociété
Le groupe de recherche en archéogénétique de l'université de Huddersfield a cartographié la dispersion du SARS-CoV-2, qui est responsable de l'actuelle pandémie mondiale de COVID-19, plaçant l'Europe au centre de la scène en tant que principale source de propagation. La propagation viendrait de l'Europe  Les conclusions de ce groupe, confirment que...