covid-19-le-virus-bloque-les-défences-cellulaires
L’une des astuces les plus insidieuses du nouveau coronavirus, est qu’il peut bloquer la capacité des cellules à produire des protéines protectrices sans entraver sa propre capacité de réplication.

Le COVID-19 bloque la production des protéines protectrices 

Maintenant, une équipe multidisciplinaire de chercheurs de Yale a découvert comment le SARS-CoV-2, le virus qui provoque le COVID-19, accomplit cette astuce en bloquant la production de protéines cellulaires, y compris les molécules immunitaires, et contribue à une grave maladie chez son hôte.
« Le virus reprogramme essentiellement les cellules hôtes, et en comprenant ce mécanisme, nous pouvons espérer concevoir de nouvelles thérapies », a déclaré Yong Xiong, professeur de biophysique moléculaire et de biochimie.
Des études précédentes avaient impliqué une protéine virale, la protéine non structurelle 1 ou Nsp1, dans la capacité du COVID-19 à bloquer la capacité des cellules à produire de nouvelles protéines. Mais on ne savait pas exactement comment la NsP1 fonctionnait dans une cellule.
Grâce à un dépistage génétique avancé et à la microscopie électronique cryogénique (cryo-EM), l’équipe de Yale a pu montrer que la Nsp1 est l’une des protéines virales les plus pathogènes du COVID-19. Dans les cellules pulmonaires humaines, elle peut modifier radicalement l’expression génétique de la cellule hôte et former essentiellement un bouchon qui empêche le ribosome – la machine de fabrication des protéines de la cellule – de recevoir les instructions génétiques pour de nouvelles protéines codées dans l’ARN messager.

Un mécanisme bloqué par Nsp1 

La protéine Nsp1 du SARS-CoV-2 bouche le canal d’entrée de l’ARN messager (ARNm, le schéma génétique) sur le ribosome pour bloquer la production de la protéine hôte « C’est le canal d’entrée du matériel génétique, et quand il est bloqué, aucune protéine ne peut être fabriquée », a expliqué M. Xiong. « Nous ne comprenions pas ce mécanisme avant, mais maintenant nous le savons. »
Ce processus affecte la production de protéines dans de nombreuses parties du corps, et des niveaux élevés de Nsp1 peuvent aider à expliquer pourquoi certaines personnes s’en sortent gravement malade, après avoir été infectées par le COVID-19, a-t-il dit.
Cependant, on ne sait toujours pas comment le virus est capable de produire ses propres protéines, en utilisant le même ribosome, pour se répliquer dans la cellule, après avoir désactivé la capacité des cellules à fabriquer des protéines normales, a déclaré M. Xiong. Mais le plus important, c’est qu’en comprenant mieux ce virus, les chercheurs seront mieux outillés pour produire des vaccins ou des médicaments plus efficaces.
Cette recherche a été publie dans Molecular Cell.
Source : Yale University
Crédit photo : Pixabay