des-courants-air-font-fondre-de-la-glace-en-Antarctique
On a constaté que les courants d’air chaud transportés dans l’atmosphère jouent un rôle majeur, dans la création de vastes ouvertures dans la glace de mer de l’Antarctique. On sait que les tempêtes contribuent à déclencher ces ouvertures, appelées polynies, qui, par le passé, se sont étendues à des dizaines de milliers de kilomètres carrés.

De vastes ouvertures dans la glace de mer

Mais bien que ces tempêtes les plus puissantes au monde se produisent régulièrement dans l’océan Austral autour de l’Antarctique, elles n’expliquent pas à elles seules pourquoi les polynies se forment à certains moments et pas à d’autres.
Maintenant, Diana Francis de l’université Khalifa d’Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, et ses collègues pensent avoir la réponse. En combinant les enregistrements satellites et les données climatiques, ils ont étudié les principaux événements des polynies dans la mer de Weddell sur la côte Antarctique en 1973 et 2017.
Ils ont découvert que les flux de chaleur et de vapeur d’eau dans le ciel, connus sous le nom de rivières atmosphériques, ont parcouru d’énormes distances, se déplaçant dans un cas, depuis la côte sud-est de l’Amérique du Sud jusqu’à la mer de Weddell en 2017. En septembre de cette année-là, une rivière a augmenté de 10°C la température de l’air dans la mer de Weddell.

Les tempêtes sont plus intenses

Il n’y a pas que les rivières de chaleur qui commencent à faire fondre la banquise, la rendant fragile et facilement brisée par les cyclones. « Ces rivières atmosphériques rendent également les tempêtes plus intenses, car elles fournissent plus de vapeur d’eau. Elles sont liées, et non indépendantes », explique Francis.
Les polynies peuvent apporter des avantages, comme par exemple fournir des nutriments à la vie marine. Cependant, comme la fonte de la glace de mer arctique, elles ont une importance mondiale, car elles peuvent accélérer le changement climatique lorsque les eaux libres sombres reflètent moins l’énergie du Soleil vers l’espace que la glace blanche.

Une augmentation de 50 %

En retour, le changement climatique aura une influence sur les futures polynies. On s’attend à ce que le réchauffement climatique augmente la fréquence des événements atmosphériques fluviaux d’environ 50 % si les émissions de carbone restent élevées.
Cette recherche a été publiée dans Science Advances.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay