une-consommation-excessive-oeufs-liée-au-diabète
Brouillés, pochés ou bouillis, les œufs sont un aliment du petit déjeuner très apprécié dans le monde entier. Pourtant, les bienfaits pour la santé de l’humble œuf ne sont peut-être pas si évidents que cela, car une nouvelle recherche de l’Université d’Australie du Sud montre qu’une consommation excessive d’œufs peut augmenter le risque de diabète.

Une augmentation du risque de 60 %

Menée en partenariat avec l’Université de médecine de Chine et l’Université du Qatar, cette étude longitudinale (1991 à 2009) est la première à évaluer la consommation d’œufs dans un large échantillon de Chinois adultes.
Elle a révélé que les personnes qui consommaient régulièrement un ou plusieurs œufs par jour (l’équivalent de 50 grammes) augmentaient leur risque de diabète de 60 %. La prévalence du diabète en Chine dépassant maintenant les 11 %, soit plus que la moyenne mondiale de 8,5 %, le diabète est devenu un grave problème de santé publique.

Un impact sur la santé

L’impact économique du diabète est également important, puisqu’il représente 10 % des dépenses mondiales de santé (760 milliards de dollars). En Chine, les coûts liés au diabète ont dépassé 109 milliards de dollars. Selon le Dr Ming Li, épidémiologiste, l’augmentation du diabète est une préoccupation croissante, en particulier en Chine où les changements apportés au régime alimentaire traditionnel chinois ont un impact sur la santé.
« Le régime alimentaire est un facteur connu et modifiable qui contribue à l’apparition du diabète de type 2, il est donc important de comprendre l’éventail des facteurs alimentaires qui pourraient avoir un impact sur la prévalence croissante de cette maladie », déclare le Dr Li.
« Au cours des dernières décennies, la Chine a connu une transition nutritionnelle importante qui a vu de nombreuses personnes, passer d’un régime traditionnel composé de céréales et de légumes à un régime plus transformé, qui comprend de plus grandes quantités de viande, et des aliments à forte densité énergétique ».

Une augmentation du risque de 25 % en Chine

« Dans le même temps, la consommation d’œufs a également augmenté régulièrement ; de 1991 à 2009, le nombre de personnes consommant des œufs en Chine a presque doublé*. « Alors que l’association entre la consommation d’œufs et le diabète est souvent débattue, cette étude a pour but d’évaluer la consommation d’œufs à long terme des gens et leur risque de développer un diabète, tel que déterminé par la glycémie à jeun.
« Ce que nous avons découvert, c’est qu’une plus grande consommation d’œufs à long terme (plus de 38 grammes par jour) augmentait le risque de diabète chez les adultes chinois d’environ 25 %. « De plus, les adultes qui mangeaient régulièrement beaucoup d’œufs (plus de 50 grammes, ou l’équivalent d’un œuf, par jour) avaient un risque accru de diabète de 60 % ».
Selon le Dr Li, si ces résultats suggèrent qu’une consommation accrue d’œufs, est associée au risque de diabète chez les adultes chinois, des recherches supplémentaires sont nécessaires, pour explorer les relations de cause à effet.

Un ensemble de lignes directrices

« Pour vaincre le diabète, il faut une approche à multiples facettes, qui englobe non seulement cette recherche, mais aussi un ensemble de lignes directrices claires pour aider à informer et à guider le public. Cette étude est une étape vers cet objectif à long terme ».
Cette recherche a été publiée dans British Journal of Nutrition.
Source : University of South Australia
Crédit photo : PXhere