un-spray-nasal-anti-covid-19
Un spray nasal qui peut fournir une protection efficace contre le COVID-19 a été développé par des chercheurs de l’université de Birmingham, en utilisant des matériaux déjà autorisés pour l’utilisation chez l’homme.

Avec des composés déjà approuvés 

Une équipe du Healthcare Technologies Institute de l’université, a formulé ce spray en utilisant des composés déjà largement approuvés par les organismes de réglementation au Royaume-Uni, en Europe et aux États-Unis. Ces matériaux sont déjà largement utilisés dans des dispositifs médicaux, des médicaments et même des produits alimentaires.
Cela signifie que les procédures complexes normales pour mettre un nouveau produit sur le marché, sont grandement simplifiées, de sorte que ce spray pourrait être commercialisé très rapidement.
Une étude préliminaire (pas encore examinée par les pairs) décrit des expériences de culture cellulaire destinées à tester la capacité de cette solution à inhiber l’infection. Ils ont découvert que les cultures de cellules virales inhibaient l’infection jusqu’à 48 heures après avoir été traitées avec cette solution, et lorsqu’elles étaient diluées plusieurs fois.

Deux polymères polysaccharidiques

Ce spray est composé de deux polymères polysaccharidiques. Le premier, un agent antiviral appelé carraghénane, qui est couramment utilisé dans les aliments comme agent épaississant, tandis que le second, est une solution appelée gellane, qui a été sélectionné pour sa capacité à adhérer aux cellules à l’intérieur du nez.
La gellane est un composant important car elle peut être pulvérisée en fines gouttelettes à l’intérieur des fosses nasales, où elle peut couvrir la surface de manière uniforme, et rester sur le site d’administration, plutôt que de glisser vers le bas et sortir du nez.
L’auteur principal, le Dr Richard Moakes, a déclaré « ce spray est fabriqué à partir de produits facilement disponibles qui sont déjà utilisés dans les produits alimentaires et les médicaments, et nous avons délibérément intégré ces conditions dans notre processus de conception. Cela signifie qu’avec les bons partenaires, nous pourrions commencer une production de masse en quelques semaines ».

Il fonctionne de deux façons

Ce spray fonctionne de deux manières. Premièrement, il attrape et enrobe le virus à l’intérieur du nez, d’où il peut être éliminé par les voies habituelles – soit en se mouchant, soit en avalant. Ensuite, comme ce virus est encapsulé dans la couche visqueuse du spray, il ne peut pas être absorbé par le corps. Cela signifie qu’il réduit la charge virale dans l’organisme, mais aussi que même si les particules virales sont transmises à une autre personne par un éternuement ou une toux, cette personne est moins susceptible d’être infectée par des particules virales actives.
Selon le professeur Liam Grover, coauteur de cet ouvrage, « bien que notre nez filtre des milliers de litres d’air chaque jour, il n’offre pas une grande protection contre les infections, et la plupart des virus transmis par l’air le sont par les voies nasales. Ce spray que nous avons formulé offre cette protection, mais peut également empêcher la transmission du virus d’une personne à l’autre ».

Utile dans les zones ayant une grande promiscuité 

L’équipe pense que ce spray pourrait être particulièrement utile dans les zones où la promiscuité est moins évitable, comme les avions ou les salles de classe. L’application régulière de ce spray pourrait réduire considérablement la transmission du COVID-19.
« Des produits comme ceux-ci ne remplacent pas les mesures existantes telles que le port d’un masque et le lavage des mains, qui continueront à être essentielles pour prévenir la propagation du virus », ajoute le Dr Moakes. « Cependant, que ce spray fera, c’est ajouter une deuxième couche de protection pour prévenir et ralentir la transmission du virus ».
Cette recherche a été pré-publiée dans bioRxiv.
Source : University of Birmingham
Crédit photo : StockPhotoSecrets