les-traitements-à-oxygène-arrêtent-le-vieillissement
Une nouvelle étude de l’université de Tel-Aviv (TAU) et du centre médical Shamir en Israël, indique que les traitements à l’oxygène hyperbare (OHB) chez les adultes vieillissants en bonne santé, peuvent arrêter le vieillissement des cellules sanguines et inverser le processus de vieillissement. Au sens biologique du terme, les cellules sanguines des adultes rajeunissent au fur et à mesure que les traitements progressent.

Un traitement qui arrête le vieillissement 

Les chercheurs ont découvert qu’un protocole unique de traitements à l’oxygène sous haute pression dans une chambre de pression, peut inverser deux processus majeurs associés au vieillissement et à la maladie : le raccourcissement des télomères (régions protectrices situées aux deux extrémités de chaque chromosome) et l’accumulation de cellules anciennes et défaillantes dans l’organisme. En se concentrant sur les cellules immunitaires abritant de l’ADN obtenu à partir du sang des participants, cette étude a découvert un allongement allant jusqu’à 38% des télomères, ainsi qu’une diminution allant jusqu’à 37% des cellules sénescentes.
« Depuis de nombreuses années, notre équipe est engagée dans la recherche et la thérapie hyperbare – des traitements basés sur des protocoles d’exposition à l’oxygène à haute pression à différentes concentrations, à l’intérieur d’une chambre de pression », explique le professeur Efrati. « Parmi nos réalisations au fil des ans, on compte l’amélioration des fonctions cérébrales endommagées par l’âge, les accidents vasculaires cérébraux ou les lésions cérébrales.
« Dans l’étude actuelle, nous souhaitions examiner l’impact de l’OHB sur des adultes vieillissants sains et indépendants, et découvrir si de tels traitements peuvent ralentir, arrêter ou même inverser le processus normal de vieillissement au niveau cellulaire ».

Un traitement sur 35 personnes

Les chercheurs ont exposé 35 personnes en bonne santé âgées de 64 ans ou plus à une série de 60 séances de traitements, sur une période de 90 jours. Chaque participant a fourni des échantillons de sang avant, pendant et à la fin des traitements, ainsi qu’un certain temps après la fin de la série des traitements. Les chercheurs ont ensuite analysé diverses cellules immunitaires dans le sang et ont comparé les résultats.
Les résultats ont indiqué que les traitements ont en fait inversé le processus de vieillissement dans deux de ses principaux aspects : les télomères aux extrémités des chromosomes sont devenus plus longs au lieu d’être plus courts, à un taux de 20 à 38 % pour les différents types de cellules ; et le pourcentage de cellules sénescentes dans la population cellulaire globale a été réduit de manière significative, de 11 à 37 % selon le type de cellule.
Aujourd’hui, le raccourcissement des télomères est considéré comme le « Saint Graal » de la biologie du vieillissement », déclare le professeur Efrati. « Les chercheurs du monde entier essaient de développer des interventions pharmacologiques et environnementales, qui permettent l’allongement des télomères. Notre protocole d’OHB a pu y parvenir, prouvant que le processus de vieillissement peut en fait être neutralisé au niveau cellulaire et moléculaire ».

Ce traitement a permis d’allonger les télomères 

« Jusqu’à présent, des interventions telles que la modification du mode de vie et l’exercice intense ont montré un certain effet inhibiteur sur le raccourcissement des télomères », ajoute le Dr Hadanny. « Mais dans notre étude, seuls trois mois d’OHB ont permis d’allonger les télomères à des taux bien supérieurs à toutes les interventions ou modifications du mode de vie actuellement disponibles. Avec cette étude pionnière, nous avons ouvert la voie à d’autres recherches sur l’impact cellulaire de l’OHB, et son potentiel pour inverser le processus de vieillissement ».
Cette recherche a été publiée dans Aging.
Source : American Friends of Tel Aviv University
Crédit photo : iStock