découverte-majeure-sur-le-cancer-du-pancréas
Le taux de survie au cancer du pancréas est l’un des pires de tous les cancers; seule une personne sur vingt environ survit une décennie ou plus après le diagnostic. Au Royaume-Uni, plus de 10 000 personnes sont atteintes d’un cancer du pancréas chaque année, et seule une personne sur quatre y survit plus d’un an.

Le cancer du pancréas

Mais maintenant, une découverte récente pourrait offrir un nouvel espoir pour l’avenir. La raison pour laquelle le cancer du pancréas est si difficile à traiter est que les tumeurs sont souvent fibrotiques, ce qui signifie qu’elles développent du tissu conjonctif supplémentaire dans tout le pancréas. Ce tissu conjonctif favorise la croissance du cancer du pancréas et constitue une barrière protectrice contre les médicaments et le système immunitaire.
Cette barrière protectrice est constituée d’un type de cellule appelé fibroblaste associé au cancer (CAF), qui interagit avec les cellules cancéreuses pour les aider à se développer et à survivre. Des chercheurs américains ont maintenant découvert qu’une protéine appelée Netrin-G1, dont on pensait auparavant qu’elle n’intervenait que dans le développement des neurones du cerveau, est également produite par les CAF et joue un rôle majeur dans le développement et la croissance du cancer du pancréas.

Un anticorps qui neutralise la Netrin-G1

Leurs découvertes démontrent pour la première fois comment cette protéine aide les cellules cancéreuses du pancréas, à survivre en les protégeant du système immunitaire et en leur fournissant des nutriments. Les recherches ont également montré qu’un anticorps qui neutralise la Netrin-G1 était capable de freiner la progression des tumeurs du pancréas chez les souris, ce qui démontre le potentiel de cette nouvelle voie vers le développement de nouveaux médicaments.
Cette découverte pourrait s’avérer être le point de départ de la mise au point de nouveaux traitements pour un type de cancer, qui en a désespérément besoin. Le Dr Edna Cukierman, professeur associé et codirectrice de l’Institut du cancer du pancréas Marvin et Concetta Greenberg, qui a dirigé cette étude, a déclaré à propos de cette découverte:
« Nous avons constaté que de nombreux patients atteints d’un cancer du pancréas expriment la Netrin-G1 et que ces patients ont tendance à survivre moins longtemps. Ainsi, à l’avenir, la détection de la Netrin-G1 pourrait être utilisée pour aider à diagnostiquer les patients. Nous pensons également que l’inhibition de la Netrin-G1 pourrait servir de point de départ à la conception de nouveaux traitements pour un type de cancer qui a grand besoin de thérapies efficaces.

Concevoir des médicaments bloquant l’expression de la Netrin-G1

Nous prévoyons ensuite de poursuivre l’étude de la biologie de l’expression de Netrin-G1 dans les CAF, de trouver un moyen pratique de la détecter chez les patients, et de nous associer à l’industrie pour concevoir des médicaments bloquant l’expression de la Netrin-G1. Nous espérons ainsi que le ciblage de la Netrin-G1 pourrait servir, un jour, à traiter les patients atteints d’un cancer du pancréas ».
Cette recherche a été publiée dans Cancer Discovery.
Source : Worldwide Cancer Research
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

Découverte majeure sur le cancer du pancréasmartinBiologie
Le taux de survie au cancer du pancréas est l'un des pires de tous les cancers; seule une personne sur vingt environ survit une décennie ou plus après le diagnostic. Au Royaume-Uni, plus de 10 000 personnes sont atteintes d'un cancer du pancréas chaque année, et seule une personne...