aprotinine-inhibe-entée-du-SARS-CoV2-dans-les-cellules
La surface du virus du SARS-CoV-2 est parsemée de protéines de pointe. Ce virus en a besoin pour se fixer sur les récepteurs ACE2 à la surface de la cellule hôte. Avant que cette fixation ne soit possible, des parties de la protéine de pointe doivent être clivées par les enzymes de la cellule hôte – les protéases.

L’aprotinine peut inhiber la réplication du COVID-19

Lors d’expériences sur des cultures cellulaires avec différents types de cellules, l’équipe scientifique dirigée par le professeur Jindrich Cinatl, de l’Institut de virologie médicale de l’hôpital universitaire de Francfort, le professeur Martin Michaelis et le Dr Mark Wass (tous deux de l’université du Kent), a démontré que l’aprotinine, inhibiteur de protéase, peut inhiber la réplication du virus en empêchant l’entrée du SARS-CoV2 dans les cellules hôtes.
De plus, l’aprotinine semble compenser la réduction des inhibiteurs de protéase endogènes, induite par le SARS-CoV2 dans les cellules infectées par ce virus. Les virus de la grippe ont besoin des protéases des cellules hôtes pour pénétrer dans les cellules, de la même manière que les coronavirus. Ainsi, un aérosol d’aprotinine est déjà approuvé en Russie pour le traitement de la grippe.

Un produit déjà approuvé

Le professeur Jindrich Cinatl a déclaré : « nos résultats montrent que l’aprotinine est efficace contre le SARS-CoV2 dans des concentrations qui peuvent être atteintes chez les patients. Avec l’aprotinine, nous avons un candidat médicament pour le traitement du COVID-19 qui est déjà approuvé pour d’autres indications et qui pourrait facilement être testé chez les patients ».
Cette recherche a été publiée dans Cells.
Source : Goethe University Frankfurt
Crédit photo : Pexels