COVID-19-le-vaccin-russe-semble-efficace
S’ajoutant au flot de communiqués de presse annonçant les résultats positifs des essais du vaccin contre le COVID-19, les développeurs du vaccin russe Spoutnik V ont rapporté une efficacité de 91,4 % lors d’une deuxième analyse intermédiaire, portant sur plus de 18 000 personnes, ce qui renforce une affirmation faite par l’équipe le 11 novembre avec peu de preuves.

Le vaccin Sputnik V à adénovirus 

Alors que le rapport initial reposait sur 20 cas seulement, sans détails sur la répartition entre les groupes vaccinés et placebo, cette nouvelle analyse se base sur 39 cas au total, huit parmi le groupe vacciné contre 31 dans le groupe placebo. « C’est une excellente nouvelle, non seulement pour la Russie, mais aussi pour le monde entier », a annoncé ce matin Kirill Dmitriev, directeur général du Fonds d’investissement direct russe, qui finance le développement de ce vaccin candidat, lors d’une conférence de presse virtuelle.
Le vaccin Spoutnik V, fabriqué par le Centre Gamaleya d’épidémiologie et de microbiologie de Moscou, utilise des « vecteurs » d’adénovirus (Ad) pour délivrer un gène qui code la protéine de surface, du pique, du SARS-CoV-2, le virus qui provoque la COVID-19. Le schéma à deux doses commence par un vaccin à base d’Ad26 et est suivi d’une injection de rappel 21 jours plus tard qui contient l’Ad5. M. Gamaleya a choisi deux adénovirus différents car il craignait que les réponses immunitaires au même vecteur puissent réduire l’impact d’une piqûre de rappel.
Un autre vaccin à adénovirus, développé par l’université d’Oxford et AstraZeneca, a rapporté hier des données d’efficacité de 70 %. Il utilise le même vecteur adénoviral pour la première dose et la dose de rappel. « Pour l’instant, les données publiées sur le vaccin Spoutnik, semblent être les meilleures dans le domaine des vaccins à vecteur adénoviral », déclare Ian Jones, virologue à l’université de Reading. La société chinoise CanSino Biologics et le géant pharmaceutique Johnson & Johnson disposent également de vaccins à adénoviraux contre le COVID-19 dans le cadre d’essais d’efficacité.

Il serait très efficace

Les résultats russes sont une analyse intermédiaire de 18 794 participants 7 jours après avoir reçu leur dose de rappel. (Seul un sur quatre a reçu le placebo.) « bien que le nombre de cas de [COVID-19] reste faible, ce vaccin est très efficace », a déclaré Azra Ghani, épidémiologiste spécialiste des maladies infectieuses à l’Imperial College. L’essai en cours effectuera sa prochaine analyse intermédiaire après la confirmation de 78 cas de COVID-19. Au total, les organisateurs de l’essai prévoient d’inscrire 40 000 participants.
Ce nouveau rapport apaise les inquiétudes soulevées par de nombreux chercheurs sur les vaccins, lorsque l’équipe de Sputnik V a fait ses premières allégations d’efficacité, selon M. Jones. « Je pense que les chiffres sont maintenant significatifs, et je pense qu’ils donnent du crédit à ce qu’ils disent », dit-il.

Des résultats bientôt publiés

M. Dmitriev a déclaré que les chercheurs prévoient de publier les résultats de l’essai dans une revue internationale à comité de lecture. Denis Logunov, directeur adjoint du Centre Gamaleya, note que bien que des effets secondaires, notamment des douleurs au point d’injection, des maux de tête et de la fièvre, aient été observés, aucun événement indésirable grave n’est apparu. « Il n’y a rien d’inattendu », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse.
L’un des avantages des vaccins à adénovirus est qu’ils peuvent être conservés dans des réfrigérateurs standard, plutôt que d’avoir besoin de congélateurs. Charlotte Houldcroft, virologiste à l’université de Cambridge, avertit que cette dernière annonce russe est un autre exemple de « science par communiqué de presse », mais elle ajoute : « si les chiffres sont aussi bons qu’ils le paraissent, c’est vraiment prometteur, car il faut mettre en place une chaîne du froid standard plutôt qu’une chaîne ultra-froide comme les vaccins à ARN, et c’est un gros avantage ».

Il coûtera moins de 10 $ la dose

« Une chose semble claire, cette plateforme fonctionne », a écrit dans un courriel Alexey Chumakov, un chercheur de l’Institut Chumakov de l’Académie russe des sciences médicales, sur la poliomyélite et les encéphalites virales à Moscou. « Bien sûr, pour tout vaccin, et en particulier pour ceux qui ont un tel potentiel de revenus futurs, ainsi que d’impact politique, il faut être prudent dans tout type de déclaration, seuls le temps et les tests le diront ».
M. Dmitriev a indiqué que des partenaires en Inde, en Corée du Sud, en Chine et au Brésil, produisent ce vaccin, ce qui pourrait coûter moins de 10 $ la dose. Les accords actuels permettraient la production d’un milliard de doses en 2021, les premières doses étant livrées au niveau international en janvier.
Source : Science
Crédit photo : Rawpixel

COVID-19 : le vaccin russe semble efficacemartinbiothechnologie
S'ajoutant au flot de communiqués de presse annonçant les résultats positifs des essais du vaccin contre le COVID-19, les développeurs du vaccin russe Spoutnik V ont rapporté une efficacité de 91,4 % lors d'une deuxième analyse intermédiaire, portant sur plus de 18 000 personnes, ce qui renforce une affirmation...