un-pesticide-mortel-pour-les-abeilles-facile-à-détecter
Un insecticide courant qui constitue un danger majeur pour les abeilles, est désormais détecté très facilement dans le miel grâce à une nouvelle méthode simple. Des chercheurs de l’université de Waterloo ont mis au point une technique écologique et entièrement automatisée qui permet d’extraire les pyréthroïdes du miel.

Détecter les pyréthroïdes du miel

Les pyréthroïdes sont l’un des deux principaux groupes de pesticides qui contribuent à l’effondrement des colonies chez les abeilles, un phénomène où les abeilles ouvrières disparaissent, laissant la reine et les autres membres de la ruche mourir. Les producteurs agricoles du monde entier comptent sur les abeilles pour polliniser des cultures d’une valeur de centaines de milliards de dollars.
L’extraction des pyréthrinoïdes par la méthode de microextraction en phase solide (SPME) permet de mesurer plus facilement si leurs niveaux dans le miel sont supérieurs à ceux considérés comme sûrs pour la consommation humaine. Elle peut également aider à identifier les endroits où les agriculteurs utilisent ce pesticide et en quelles quantités. Cette substance est traditionnellement difficile à extraire en raison de ses propriétés chimiques.
« Les pyréthroïdes sont peu solubles dans l’eau et sont en fait en suspension dans le miel », a déclaré Janusz Pawliszyn, professeur de chimie à Waterloo. « Nous ajoutons une petite quantité d’alcool pour les dissoudre avant l’extraction par le système automatisé SPME ».

Ce sont des neurotoxines provoquant la mort

Les agriculteurs pulvérisent les pesticides sur les cultures. Ce sont des neurotoxines, qui affectent le fonctionnement du cerveau et des nerfs, provoquant la paralysie et la mort des insectes.
« Nous espérons que cette méthode très simple aidera les autorités à déterminer où ces pesticides sont utilisés à des niveaux dangereux, pour finalement contribuer à protéger la population d’abeilles », a déclaré M. Pawliszyn.
Au Canada, l’Agence canadienne d’inspection des aliments effectue des tests, pour détecter les résidus de produits chimiques dans les aliments. Les limites maximales de résidus sont régies par la loi sur les produits antiparasitaires. L’équipe de recherche a constaté que les produits à base de miel contenant le pesticide qu’elle a testé étaient tous à des niveaux admissibles.
Cette recherche a été publiée dans Food Chemistry.
Source : University of Waterloo
Crédit photo : Pexels